Connect with us

A LA UNE

Avec le retour de Dadis Camara à la maison, le procès du 28 septembre sera le triomphe de la vérité

Published

on

La belle période de gestion du président Dadis Camara a été maculée en septembre 2009 par le massacre commis au stade le 28 du même mois. Avec son retour d’exil, le leader de l’Ugdd, Dr Édouard Z. Kpoghmou, jure que le moment est venu de faire triompher la vérité.

Le président de l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (Udrp) n’est pas le seul à se féliciter du retour de Dadis Camara à la maison au moment où les nouvelles autorités du pays se préparent à faciliter la tenue du procès dans le courant de l’année 2022. Un événement devant apporter toute la lumière sur ce qui s’est passé le 28 septembre 2009 au stade de Conakry.

Nombreux sont les guinéens qui pensent comme ce leader politique, que la vérité va éclater au grand jour et éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale sur ce qui s’est réellement passé le 28 septembre au stade et les jours qui ont suivi dans les autres quartiers et rues de Conakry.

La question, c’est à qui profite le crime? Qui sont les responsables, les commanditaires, les exécutants et les complices du massacre ?

Plusieurs personnalités, du régime Dadis et de l’opposition guinéenne, sont pointées du doigt dans ce dossier de crime contre l’humanité. Sont également cités, des ex-combattants de l’Ulimo (United Liberation Movement of Liberia for Democracy, en anglais. Nom d’une faction rebelle formée en Sierra Leone en 1991 pour s’opposer au régime Charles Taylor), des contre-manifestants, des gens en uniforme de la police, de la gendarmerie, et des Bérets-rouge de la Présidence.

Des témoignages abondent sur des scènes macabres. Des corps sans vie gisant des mares de sang par-ci et par-là dans le stade. Des femmes et filles violées en masse. Certaines laissées nues, saignant des parties génitales, et incapables de se tenir débout. D’autres, traitées de putes, embarquées de force dans des fourgonnettes de l’armée vers une destination inconnue. Ou encore l’image des leaders de l’opposition bastonnés à sang, humiliés, agenouillés, le visage tuméfié, et traînés par des soldats enivrés comme du gibier sur la terrasse du stade du 28 septembre. Plus loin, à Kaloum, l’entrée de clinique Pasteur, les opposants Bah Oury et Dalein Diallo sont largués des pickups et considérés comme des traîtres et ennemis de la Guinée.

Dans la nuit de ce 28 septembre d’autres témoignages font état de représailles visant les habitations d’opposants en banlieue de Conakry. Les domiciles de Cellou Dalein Diallo, Jean-Marie Doré et Sidya Touré sont pillés et saccagés par des membres des forces de défense et de sécurité.

Dans la nuit du 28 au 29 septembre, des camions ont fait plusieurs tours pour, dit-on, nettoyer l’intérieur du stage et récupérer les corps. Une horde de camions a été aperçue dans les environs de Gbessia-port vers le secteur de Faban où ils ont vidé leurs chargements. L’endroit serait considéré comme une fosse commune où seraient enterrées plusieurs victimes du massacre de 2009.

Officiellement, le régime Dadis venait de mâter les leaders à l’origine de la manifestation à la malgache qui devrait l’emporter. Le procès prévu devra clarifier cette page douloureuse qui ternit l’image du régime Dadis.

Par Le Populaire

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Examens nationaux : Guillaume Hawing fait une interdiction

Published

on

Le ministre de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation a interdit toutes sortes d’internat dans les écoles. Dans une note circulaire, Guillaume Hawing a indiqué que cette pratique a occasionné dans le passé de nombreux incidents qui a impacté le système éducatif guinéen.

« Il m’a été donné de constater que malgré l’interdiction d’internat dans des établissements d’enseignement public et privé, certains  responsables et enseignants continuent à se livrer à cette pratique peu honorable, qui nous éloigne de la déontologie et du sacerdoce de l’école guinéenne dont la mission principale est de former et d’éduquer », fustige-t-il, invitant les responsables d’écoles de mettre un terme à cette pratique.

«  Face à cette recrudescence de cette pratique douteuse, nous invitons tous les responsables des établissements d’enseignement public et privé du pays, à la proscrire dans nos écoles. Nul n’a le droit de retenir des élèves au-delà des heures réglementaires de cours », dit-il, indiquant que «  les responsables des écoles sont tenus, chacun en ce qui le concerne, de respecter scrupuleusement la présente circulaire au risque de s’exposer aux sanctions disciplinaires, voire pénales ».

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Jardin du 2 octobre : la gestion désormais confiée au gouvernorat

Published

on

La gestion du Jardin du 2 octobre  est désormais confiée au gouvernorat de ville de Conakry.

La décision a été prise par le président de la transition mercredi 18 mai 2020, dans un décret lu dans la soirée à la télévision nationale.

Jusque-là  le Jardin du 2 octobre était géré par l’ancienne première Dame de la République, Kaba Hadja Djènè Condé.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

SOGUIPAH : le Directeur limogé et inculpé pour détournement d’argent

Published

on

Le Directeur de la société guinéenne de palmiers à huile et d’hévéas (SOGUIPAH) a été limogé mercredi 18 mai 2022 par le président de la transition, le colonel Mamadi Doumbouya.

En plus de son limogeage, Michel Beimy est aussi inculpé et placé sous contrôle judiciaire pour détournement présumé de deniers publics, faux et usage de faux en écriture publique et complicité pendant par devant la cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF), précise-t-on dans le décret qui le limoge.

Son départ intervient suite à un long bras de fer entre lui et les travailleurs de la SOGUIPAH. Ces derniers qui réclament une amélioration de leurs conditions de vie et de travail, exigeaient aussi son départ ainsi que toute la direction, en raison du « mauvais traitement » dont ils se disent victimes.

Michel Beimy occupait ce poste depuis février 2019.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance