Connect with us

A LA UNE

Avec le retour de Dadis Camara à la maison, le procès du 28 septembre sera le triomphe de la vérité

Published

on

La belle période de gestion du président Dadis Camara a été maculée en septembre 2009 par le massacre commis au stade le 28 du même mois. Avec son retour d’exil, le leader de l’Ugdd, Dr Édouard Z. Kpoghmou, jure que le moment est venu de faire triompher la vérité.

Le président de l’Union démocratique pour le renouveau et le progrès (Udrp) n’est pas le seul à se féliciter du retour de Dadis Camara à la maison au moment où les nouvelles autorités du pays se préparent à faciliter la tenue du procès dans le courant de l’année 2022. Un événement devant apporter toute la lumière sur ce qui s’est passé le 28 septembre 2009 au stade de Conakry.

Nombreux sont les guinéens qui pensent comme ce leader politique, que la vérité va éclater au grand jour et éclairer la lanterne de l’opinion nationale et internationale sur ce qui s’est réellement passé le 28 septembre au stade et les jours qui ont suivi dans les autres quartiers et rues de Conakry.

La question, c’est à qui profite le crime? Qui sont les responsables, les commanditaires, les exécutants et les complices du massacre ?

Plusieurs personnalités, du régime Dadis et de l’opposition guinéenne, sont pointées du doigt dans ce dossier de crime contre l’humanité. Sont également cités, des ex-combattants de l’Ulimo (United Liberation Movement of Liberia for Democracy, en anglais. Nom d’une faction rebelle formée en Sierra Leone en 1991 pour s’opposer au régime Charles Taylor), des contre-manifestants, des gens en uniforme de la police, de la gendarmerie, et des Bérets-rouge de la Présidence.

Des témoignages abondent sur des scènes macabres. Des corps sans vie gisant des mares de sang par-ci et par-là dans le stade. Des femmes et filles violées en masse. Certaines laissées nues, saignant des parties génitales, et incapables de se tenir débout. D’autres, traitées de putes, embarquées de force dans des fourgonnettes de l’armée vers une destination inconnue. Ou encore l’image des leaders de l’opposition bastonnés à sang, humiliés, agenouillés, le visage tuméfié, et traînés par des soldats enivrés comme du gibier sur la terrasse du stade du 28 septembre. Plus loin, à Kaloum, l’entrée de clinique Pasteur, les opposants Bah Oury et Dalein Diallo sont largués des pickups et considérés comme des traîtres et ennemis de la Guinée.

Dans la nuit de ce 28 septembre d’autres témoignages font état de représailles visant les habitations d’opposants en banlieue de Conakry. Les domiciles de Cellou Dalein Diallo, Jean-Marie Doré et Sidya Touré sont pillés et saccagés par des membres des forces de défense et de sécurité.

Dans la nuit du 28 au 29 septembre, des camions ont fait plusieurs tours pour, dit-on, nettoyer l’intérieur du stage et récupérer les corps. Une horde de camions a été aperçue dans les environs de Gbessia-port vers le secteur de Faban où ils ont vidé leurs chargements. L’endroit serait considéré comme une fosse commune où seraient enterrées plusieurs victimes du massacre de 2009.

Officiellement, le régime Dadis venait de mâter les leaders à l’origine de la manifestation à la malgache qui devrait l’emporter. Le procès prévu devra clarifier cette page douloureuse qui ternit l’image du régime Dadis.

Par Le Populaire

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mettons les nerfs au réfrigérateur !

Published

on

Dans mon billet du 27 juin 2022 intitulé «Notre sort en de bonnes mains Cédéaoennes», j’écrivais : «La Cédéao a conseillé la junte de se mettre ensemble avec les forces sociopolitiques. (...)On lui a fait savoir qu’en de tels moments, suivre (cette) voie tracée (...) est une nécessité, sinon le régime court le risque d’être l’auteur de sa propre caricature». Dans le billet suivant titré : « La Cédéao confiée au président Emballo », je notais que le président Embalo et le médiateur Yayi étaient tous « en mission commando ».

J’aimerais dire et écrire à présent que les autorités actuelles n’ont rien à faire gagner la Guinée en restant fermes dans leur position priorisant une transition de trois ans au lieu de deux ans. Il n’est pas patriotique d’être au ban de la Cédéao concernant le retour à un régime civil. Et faire le choix d’engager un bras de fer avec cette institution, utiliser un discours qui traite de «mensonge grossier» les propos de son président dont le seul tort est d’avoir prévenu dans une interview à RFI et France 24 que le pays risquait de «lourdes sanctions si ses autorités maintenaient leur position de garder le pouvoir trois ans avant de céder la place à un régime civil, ou dire à tout va qu’«on n’est pas dans une relation de guignols ou de téléréalité » avec lui, je trouve cela un peu moins diplomatique.

De mon point de vue, la meilleure méthode pour résoudre le différend avec le président Embalo est de mettre les nerfs au frigo à la manière des putschistes Burkinabè. Et signer un contrat de 2 ans avec la Cédéao. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye, in Le Populaire

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : le FNDC politique exige la libération des détenus d’opinion

Published

on

La branche politique du front national pour la défense de la Constitution a exigé la libération sans conditions des prisonniers d'opinion en Guinée.

Déclaration :

Le FNDC POLITIQUE comprenant l’Union des Forces Républicaines (UFR) et le Mouvement Démocratique Libéral (MoDeL) a appris avec stupéfaction le kidnapping du Président du Parti Nos Valeurs Communes, M. Etienne SOROPOGUI, le samedi 24 septembre 2022, alors qu’il rendait visite à ses sœurs, après avoir participé à une émission radio de grande écoute.

Le FNDC POLITIQUE désapprouve totalement cette nouvelle interpellation extrajudiciaire après celles du Secrétaire Exécutif de l’UFR, Hon Saikou Yaya BARRY et de deux hauts responsables  du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont le Coordinateur National, Oumar SYLLA alias Foniké Manguè et Ibrahima DIALLO, chargé des Opérations.

Le FNDC POLITIQUE exige la libération sans conditions des prisonniers d’opinion et condamne avec la dernière énergie toutes les tentatives de musèlement des partisans de la démocratie ainsi que l’instrumentalisation à outrance de la justice à des fins politiques.

Conakry, le 25 septembre 2022

FNDC POLITIQUE

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Koundara : brève interpellation d’Abdoulaye Bah

Published

on

L’ancien président de la délégation spéciale de Kindia et membre de l’UFDG, Abdoulaye Bah, a été interpellé dimanche 25 septembre, à Koundara alors qu’il partait à Dakar au Sénégal pour accompagner son père malade.

Arrivé à la frontière avec un laissez-passer qui serait délivré par la police de Kindia alors que pour sortir du territoire national, ce document doit être délivré par la douane, il a été arrêté.

Mais après plusieurs heures de tractation, il a été finalement autorisé à continuer son voyage vers Dakar.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance