Connect with us

Société & Faits Divers

Attentats de Paris : la société civile évoque les raisons de sa solidarité à la France

Published

on

Votre publicité ici

Ce mercredi 18 novembre 2015, la société civile guinéenne au cours d’une conférence de presse, a condamné les attentats terroristes qui ont fait 129 morts vendredi dernier à Paris.

Au cours de ce point de presse, il a aussi été question pour la société civile guinéenne  de manifester leur solidarité à l’égard du peuple français. Mais aussi interpeller les autorités sur le risque que le monde cour en interprétant les questions politiques au niveau de la stigmatisation religieuse ou au niveau de la stigmatisation communautaire.

Ainsi devant la presse, Dr Dansa Kourouma, président du conseil national des organisations de la société civile de Guinée a évoqué les raisons qui ont poussé la société civile à marquer sa solidarité à la France.

Expliquant la première raison  monsieur Kourouma a justifié que «  si les terroristes étaient aussi  mobilisé contre la décision de la France de faire la guerre en Syrie, ils allaient faire l’attentat au ministère de la défense ou au quartier général de la police ». Alors  il se pose la question de savoir  ‘’ pourquoi tuer des citoyens à cause des décisions politiques qu’ils ne maitrisent pas »

« La société civile est contre l’injustice sociale, contre que des citoyens soient utilisés comme chaires à canon pour des mobiles ou des causes qu’ils ne maitrisent pas. »

Deuxièmement ‘’ la France a été solidaire vis-à-vis de la Guinée quand nous avons été frappés par l’épidémie Ebola. La Guinée n’avait pas de possibilité de lutter contre cette maladie. Notre système de santé avait déclaré forfait par rapport à la riposte contre cette épidémie, nous avons bénéficié de l’appui de la France et des autres pays du monde qui par leur solidarité, la Guinée n’a pas été isoler c’est plutôt Ebola qui a été isoler. »

Troisièmement : «  parce que ça été toujours pris sous l’angle politico-politicien, ça été toujours pris sous  l’angle des relations géostratégiques  et les intérêts entre Etat. Nous estimons que la société civile a son mot à dire parce qu’elle est victime. Les bourreaux sont les citoyens des différents pays du monde. Et le débat doit être ramené au niveau des parlements au niveau des entités de la société civile et les médias, les intellectuels doivent s’en saisir de la problématique du terrorisme pour que des solutions durables soient trouvé ».

Quatrième raison : «  la Guinée n’est pas à l’abri des menaces terroristes, notre pays doit se positionner dans la dynamique mondiale de réflexion enclenchée par la société civile depuis Dakar,  depuis Bamako pour que le forum social qui s’annonce en Guinée autour  des questions de conflits, de guerres,  du terrorisme et du fondamentalisme religieux puissent être alimenté par les médias, les intellectuels et les politiques pour que nous soyons capable de protéger notre populations. » A-t-il argumenté.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Siguiri : au moins 15 morts dans l’éboulement d’une mine semi-industrielle

Published

on

Votre publicité ici

Au moins 15 personnes ont péri dans l’éboulement d’une mine semi-industrielle à Tatakourou, dans la sous-préfecture de Doko, préfecture de Siguiri, en Haute Guinée.

Le drame est survenu  dans la journée de ce samedi 08 mai, selon un communiqué du gouvernement.

« Le Gouvernement a appris avec une profonde affliction et un immense regret les événements douloureux survenus dans la journée de ce samedi 08 mai à Tatakourou, dans la sous-préfecture de Doko, préfecture de siguiri, suite à un éboulement dans une exploitation minière semi-industrielle. De source sécuritaire, le bilan de cet accident dramatique fait état de 15 décès et des blessés », a déploré les autorités guinéennes.

Par ailleurs, le président Alpha Condé « a instruit le Gouvernement de mener toutes les investigations pour déterminer les circonstances et causes exactes du drame et d’en tirer toutes les conséquences », ajoutant le communiqué.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

AGUIPE : plusieurs jeunes formés en entrepreneuriat reçoivent leur certificat

Published

on

Votre publicité ici

Conakry, le 07 Mai- Plusieurs dizaines de jeunes formés sur les mécanismes d’élaboration et de conduite d’un projet entrepreneurial ont reçu ce vendredi 07 mai 2021 leur certificat.

A l’issue de plusieurs de formation, ces jeunes venus de la commune de Kaloum ont reçu leur certificat au siège de l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi.

Fruit d’une coopération entre la mairie de Kaloum et l’AGUIPE, cette formation a débuté le lundi 03 mai dernier.

La cérémonie de clôture de la formation a connu la présence du Directeur Général de l’AGUIPE et son Adjoint, d’un représentant de l’ONG internationale « National Democratic Institute » et de deux représentants de la mairie de Kaloum.

Dans son discours de circonstance, le Directeur Général de l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi, Sékouba MARA, a invité les jeunes bénéficiaires de la formation à plus de persévérance pour réussir le pari d’être entrepreneur.

« L’entreprenariat demande beaucoup de persévérance. Entreprendre c’est non seulement travailler pour soi, mais également de créer des emplois pour d’autres », a indiqué le DG de l’AGUIPE.

M. Sékouba MARA a prodigué d’autres conseils à ces jeunes, tout en formulant des vœux de réussite dans leurs différents projets.

De son côté, le représentant de NDI à cette cérémonie a réitéré l’engagement de son ONG à être aux côtés des jeunes pour leur épanouissement.

Le 4ème vice maire à son tour, remerciera l’AGUIPE qui a accepté de former ces jeunes. Aux bénéficiaires de la formation, il les invitera à profiter pleinement des connaissances acquises durant cette semaine.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

En Guinée, 57 opposants attendus prochainement à la barre

Published

on

Votre publicité ici

Six mois environs après leur arrestation, cinquante-sept (57) détenus politiques sont renvoyés devant le tribunal de première instance de Dixinn pour être jugés. Quarante autres  ont cependant été libérés pour délits non constitués, a annoncé le gouvernement dans un communiqué publié vendredi 7 mai.

Dans ce document, le gouvernement explique que dans l’affaire de l’attaque du train minéralier au cours de laquelle quatre agents des services de défense et de sécurité ont été tués, le cabinet d’instruction a pris une ordonnance : sur 17 personnes inculpées, 8 sont renvoyées devant le tribunal pour être jugées, et les 9 autres ont bénéficié d’un non-lieu et immédiatement libérées.

Quant à l’affaire dite des Chérif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et autres, parmi les 80 personnes inculpées, 31 ont bénéficié d’un non-lieu et remis aussitôt en liberté.   Tandis que 49 accusés sont renvoyés devant le tribunal en vue d’un jugement.

« Le procureur de la République a informé le Ministère de la Justice de  sa décision de ne pas interjeter appel, comme le permet du reste la Loi. Le Gouvernement se réjouit des procès annoncés après la reprise normale des audiences dans les cours et tribunaux du pays», note-t-on dans le communiqué.

En février dernier, alors que le président Alpha Condé, réélu pour un troisième meurtrier et contesté, nie l’existence des détenus politiques en Guinée, l’ONU avait exprimé son inquiétude sur le sort des militants et responsables de l’opposition et de membres de la société civile arrêtés en marge de l'élection présidentielle d’octobre dernier.

« L’arrestation et la détention de membres de l’opposition et d’activistes de la société civile sous de fausses accusations d’atteinte à la sécurité intérieure de l’État, dans le contexte des élections présidentielles de l’année dernière, sapent gravement les fondements de la gouvernance démocratique », avait déclaré Michelle Bachelet, cheffe des droits de l’homme de l’ONU.

S’adressant aux membres du Conseil des droits de l’homme à Genève, Mme Bachelet avait exhorté Conakry « à libérer toutes les personnes détenues pour avoir exercé leurs droits à la liberté d’expression, de réunion pacifique et de participation, et à garantir des procès équitables aux personnes accusées d’infractions pénales ».

Par Alpha Diallo

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance