Connect with us

A LA UNE

Arrêté hier, le président d’ABLOGUI « pourrait être déféré » devant un procureur ce jeudi

Published

on

Arrêté hier lors d’un contrôle de la police routière à Sonfonia,  le président de l’Association des Blogueurs de Guinée (ABLOGUI), Alpha Diallo, est toujours maintenu en garde à vue au commissariat central de ce quartier.

Il pourrait même être déféré devant un procureur ce jeudi 03 juin 2021, malgré la demande de sa libération de son avocat.

Selon les explications d’ABLOGUI, son arrestation fait suite à un contrôle de la police routière alors qu’il se trouvait dans la circulation à Sonfonia  en provenance de N’zérékoré où il effectuait une mission.

« La police a procédé au contrôle des pièces d’Alpha et les papiers de sa voiture qui étaient tous au complet et en règle. Après cette vérification, l’agente de police qui cherchait à établir une contravention a allégué que les vitres de sa voiture « sont teintées » ou fumées. Lorsque l’agente de police a voulu lui infliger une amende au motif que les vitres de la voiture sont teintées, Alpha a réagi pour lui faire remarquer que les vitres sont tout à fait normales et qu’elle pouvait se rapprocher de la voiture pour le constater. Devant ce refus de payer une contravention qui n’a pas été établie, s’en est suivie une dispute. En honnête citoyen, Alpha a suivi l’agente de police pour aller s’expliquer au commissariat de Sonfonia dans l’espoir de prouver qu’il n’a pas commis de contravention »,  explique l’Association des Blogueurs de Guinée dans un communiqué.

Aussitôt arrivé au commissariat, poursuit-elle, l’agente de police a donné l’ordre de le mettre en prison, ajoutant qu’Alpha  a été ‘’roué de coups par des policiers présents’’, au moment où il cherchait à s’expliquer.

« C’est ainsi qu’il a été violenté et placé en garde à vue au commissariat central de Sonfonia », explique Ablogui  qui se dit surpris et inquiets de constater que des disputes liées à une contravention « qui n’a d’ailleurs pas été établie soit transformée à une accusation d’outrage à agent ». Or, « pendant toute l’altercation, il n’a tenu aucun propos discourtois à l’endroit de la police. Il a simplement refusé de payer une amende qu’on voulait injustement lui infliger », souligne l’Association, avant de demander le strict respect de ses droits.

Par Ibrahim Bangoura