Connect with us

A LA UNE

Appel au secours de la filière nationale de pommes de terre

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée est à ce jour,  lundi 27 avril 2020, le 9ème pays le plus touché par le nouveau coronavirus avec 1.094 personnes testées positives, soit la 4ème  nation la plus affectée par la pandémie en Afrique de l’Ouest, derrière le Ghana, le Nigéria et la Côte-d’Ivoire.  

Pour faire face aux graves conséquences de la pandémie, le gouvernement guinéen a présenté un plan de riposte économique de plus de 3 000 milliards de francs guinéens qui prend en compte trois composantes : sanitaire, sociale et appui au secteur privé. Au-delà des insuffisances ou failles soulevées par des économistes, le plan ne fait pas suffisamment cas du monde agricole, alors qu’il est fortement secoué par la pandémie notamment les producteurs de pommes de terre ou la Belle de Guinée.

L’apparition du maudit virus en Guinée a malheureusement coïncidé avec leur récolte. Des milliers de tonnes de pommes de terre risquent de pourrir dans des magasins ou aux domiciles des centaines voir des milliers de producteurs à l’intérieur du pays.

Pris de paniques, les marchés hebdomadaires de l’intérieur du pays qui constituent le lieu de vente par excellence de ce produit n’ouvrent plus. A Conakry et dans les autres grandes agglomérations, les échanges sont presqu’à l’arrêt. Conséquences, le prix de la pomme de terre a chuté de façon drastique. A la mi-avril 2020, le sac de 25 kilogrammes se négociait aux alentours de 90.000 Francs-guinéens à Labé et à 125.000 Francs-guinéens à Conakry soit le prix de revient.

Cette chute des prix risque de ruiner la filière nationale de pomme de terre car à la même date 5.000 étaient stockées dans des magasins à Timbi Madina dont la conservation coûte 800 litres de gasoil par nuit. A cela s’ajoute le poids de l’emprunt bancaire de 25 milliards qui pèsent sur les paysans et dont le remboursement pourrait être compromis, sans oublier la prise en charge des techniciens qui accompagnent les paysans. C’est donc tout un secteur qui est menacé de disparition.

Aider ces paysans revient à faire écouler leurs produits, mais aussi à supporter les emprunts qu’ils ont contractés avec certaines banques de la place. Les deux sont bien faisables. Comme le gouvernement ravitaille à coût des milliards certains services, il s’agirait de racheter les pommes de terre récoltées auprès des paysans et les distribuer par la suite aux militaires, mais aussi négocier avec les banques pour le remboursement des emprunts sans intérêt.

Les 25 milliards d’emprunts bancaires valent environ 2.600.000 dollars. Ce montant peut bien être supporté par l’Etat vu le nombre de personnes dont les activités économiques sont menacées.

Par Ibrahima Timbi BAH, Journaliste

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Covid-19 : Alpha Condé demande le renforcement de la surveillance dans les frontières

Published

on

Votre publicité ici

Face à la présence de variant du Coronavirus dans certains pays voisins, notamment la Sierra-Léone et le Libéria, le président Alpha Condé  ne veut prendre aucun risque.

En conseil de ministres jeudi, il a ordonné à son ministre de la Santé de prendre ‘’des mesures énergiques afin de renforcer sérieusement la surveillance à nos frontières aérienne et terrestre’’.

Il a également insisté sur la nécessité d’accroître sensiblement les tests PCR compte tenu du nombre important de cas asymptotiques identifiés en Guinée.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

JO de Tokyo : la Guinée fait volte-face

Published

on

Votre publicité ici

Alors que pas plus tard qu’hier mercredi, les autorités guinéennes avaient décidé d'annuler sa participation aux jeux olympiques de Tokyo, à cause officiellement de la Covid-19, les athlètes guinéens vont finalement rallier le Japon ce soir.

Selon une derrière décision prise dans la journée de ce jeudi 22 juillet 2021, la Guinée va participer aux Jeux olympiques de  Tokyo (23 juillet - 8 août).

« Nous sommes en train de mettre les bouchées doubles pour que la délégation quitte Conakry dès ce soir. L’ambassade de la Guinée au Japon va être mise à contribution pour les mesures sanitaires », a confié à guineenews, le ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow.

Au total cinq athlètes guinéens doivent faire le voyage. Il s’agit de Fatoumata Yarie Camara (lutte libre), Mamadou Samba Bah (judo), Fatoumata Lamarana Touré et Mamadou Tahirou Bah (natation) et Aïssata Deen Conté (athlétisme).

La Guinée n'a toujours pas remporté de médailles en 11 participations aux JO.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée renonce aux JO de Tokyo

Published

on

Votre publicité ici

Aucun athlète guinéen ne participera aux Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet - 8 août). Cinq devaient faire le voyage, mais le gouvernement a choisi de faire machine arrière en raison de la situation sanitaire.

La Guinée, qui devait envoyer une délégation de cinq athlètes aux Jeux Olympiques de Tokyo (23 juillet - 8 août), a décidé d'annuler mercredi sa participation à cause de la Covid-19. « En raison de la recrudescence de variants de la Covid-19 », le gouvernement, « soucieux de préserver la santé des athlètes guinéens, a décidé avec regret l'annulation de la participation de la Guinée » aux Jeux de Tokyo, a écrit le ministre des Sports, Sanoussy Bantama Sow, dans un courrier adressé au président du Comité olympique guinéen, qu'a pu consulter l'AFP.

Une source proche du gouvernement de Conakry a pour sa part évoqué des problèmes financiers pour justifier le renoncement de ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest à deux jours de la cérémonie d'ouverture officielle, vendredi soir. « Le dossier a été surfacturé, voilà pourquoi le ministère ne peut pas payer », a confié à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat, une source proche du gouvernement, sans plus de détails. La presse guinéenne évoquait mercredi soir des problèmes de primes impayées.

La Guinée, qui n'a jamais remporté de médailles en 11 participations aux JO, devait envoyer à Tokyo Fatoumata Yarie Camara (lutte libre), Mamadou Samba Bah (judo), Fatoumata Lamarana Touré et Mamadou Tahirou Bah (natation) et Aïssata Deen Conté (athlétisme). Avant la Guinée, la Corée du Nord avait annoncé dès avril qu'elle ne participerait pas aux Jeux Olympiques de Tokyo pour « protéger » ses athlètes de tout risque lié à la pandémie de coronavirus.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance