Connect with us

A LA UNE

Alpha Condé, un «colis» encombrant, bon pour la déportation

Published

on

Votre publicité ici

En guise de cadeau de fin d’année, le chef des putschistes a accordé à l’ex-président et homme du 3e mandat, - sur engagement de la Cedeao - le droit de sortir du pays pour une durée «n’excédant pas un mois, sauf l’avis contraire de ses médecins traitants». Reviendra, reviendra pas?

Le moins que l’on puisse souligner est qu’Alpha Condé a son permis de quitter le pays. Sans avoir été jugé condamné ou innocenté pour les présumés crimes de sang et crimes économiques qui lui sont attribués. Il s’en ira comme un colis encombrant, bon pour la déportation. Il ne connaîtra pas le même sort que les nombreuses personnes qu’il a fait directement ou indirectement condamner à périr sous les coups de la torture, de tirs à balle réelle, de gaz lacrymogène, d’humiliation collective, de viol devant maris et enfants, d’immolation au feu à Galapaye, d’expédition punitive à Zogota, à Saoro, à Koulé, à Nzérékoré, dans les quartiers de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Kagbélen, d’emprisonnement à Coronthie, d’internement à Soronkoni, d’exil à l’étranger, etc. Sur le chemin de la déportation et jusqu’à la fin de temps, Alpha Condé emportera avec lui et sur ses frêles épaules l’autre colis de la responsabilité d’avoir choisi de s’éterniser au pouvoir à la fin de ses deux mandats successifs durant lesquels il a contribué à opposer comme jamais ses compatriotes les uns aux autres et d’envoyer en enfer une partie des membres de la communauté nationale. Tout cela, au mépris de la constitution qu’il avait juré d’être le premier défenseur.

Le communiqué du Comité national du rassemblement pour le développement (Cnrd) annonçant cette décision du président de la Transition a été publié dans la soirée du vendredi, 31 décembre 2021. Il a souligné que le Cnrd affirme avoir accepté d’autoriser l’ancien président Alpha Condé à sortir du pays pour des soins médicaux pour une période n’excédant pas un mois, sauf l’avis contraire de ses médecins traitants, après un engagement de la Cedeao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest), en date du 23 décembre consistant à le mettre à la disposition des nouvelles autorités du pays.

A 83 ans, le président Alpha Condé a été débarqué du pouvoir le 5 septembre 2021 par la junte dirigée par le le colonel Mamady Doumbouya. Il avait exercé deux mandats successifs et était à son huitième mois du sexennat acquis après avoir modifié la constitution en mars 2020. Le nouveau maitre du pays, l’ancien légionnaire français devenu commandant du Groupement des forces spéciale, Colonel Doumbouya, l’a placé sous résidence surveillée au palais présidentiel Mohamed V, à Kaloum, puis à la résidence officielle de l’ancienne Première dame Djène Kaba Condé, sise à proximité de l’hôtel Millenium à Landéah, commune de Dixinn, en banlieue de Conakry. La décision de le laisser se faire soigner le pied et le torse à l’étranger lui garantit un aller, mais pas un retour dans un temps si proche comme le prétend le communiqué du Cnrd. Ce qui veut dire que la Cedeao a atteint son objectif de libérer l’otage du colonel Mamady Doumbouya en parlant une langue étrangère à l’oreille du Cnrd.

Bonne nouvelle pour le respect des Droits de l’homme dans l’espace Cedeao. Mais triste fin pour l’homme qui se prenait à la fois pour le Mandela et le nouveau Obama de la Guinée de terminer son règne dans un hamac de honte. Lui qui a coupé le cordon ombilical le liant à sa mère patrie pour devenir un encombrant «colis» bon pour la déportation comme ce fut le cas pour le tristement célèbre Mansa Djenkè Wali Sanè de Tourban Tansala et les autres roitelets d’ici et d’ailleurs qui se donnaient droit de vie et de mort sur les enfants d’Adam et Eve.

Par Le Populaire

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Insolite : un Kényan retrouvé vivant dans la section des roues d’un avion à Amsterdam

Published

on

Votre publicité ici

La police néerlandaise a déclaré avoir trouvé un passager clandestin dans la section des roues d'un avion qui a atterri à l'aéroport Schiphol d'Amsterdam en provenance d'Afrique du Sud.

Conscient et capable de communiquer, cet homme de 22 ans originaire du Kenya, reçoit actuellement un traitement médical à l'hôpital.

Les vols entre Johannesburg et Amsterdam durent environ 11 heures. L'avion-cargo aurait fait une seule escale, à Nairobi, au Kenya.

Il est très rare que les passagers clandestins de vols long courrier survivent, en raison des températures extrêmement froides et du manque d'oxygène à haute altitude.

Un porte-parole de la police militaire néerlandaise a déclaré à la BBC : "On s'attend à ce qu'il demande l'asile aux Pays-Bas, mais son traitement médical est la priorité pour le moment".

"L'homme a été retrouvé vivant dans la section de la roue avant de l'avion et a été emmené à l'hôpital dans un état stable", a déclaré à l'agence de presse AFP Joanna Helmonds, porte-parole de la police militaire royale néerlandaise.

"Il est tout à fait remarquable que l'homme soit encore en vie", a-t-elle ajouté.

Selon le radiodiffuseur néerlandais NOS, la température corporelle de l'homme a augmenté sur les lieux et, à l'arrivée d'une ambulance, il était capable de répondre à des questions de base.

Un porte-parole du transporteur de fret Cargolux a confirmé à Reuters que le passager clandestin se trouvait sur un vol exploité par Cargolux Italia.

Selon les données de vol, le seul vol de fret de Cargolux reliant Johannesburg à Schiphol dimanche a également fait une escale à Nairobi. On ne sait pas si l'homme est monté à bord de l'avion en Afrique du Sud ou au Kenya.

Au cours des cinq dernières années, sept passagers clandestins ont été découverts dans des avions aux Pays-Bas, dont seulement deux étaient vivants.

BBC

Continue Reading

A LA UNE

La Guinée classée parmi les pays les plus corrompus au monde

Published

on

Votre publicité ici

La Guinée continue de trainer dans le classement de Transparency International qui mesure l'indice de perception de la corruption dans le monde.

Selon le classement de l'ONG, la Guinée avec seulement 25 points sur 100 chute à la 150è place sur les 180 pays au monde, soit un recul de 3 places. Inutile de se lamenter puisque même le directeur général de l’agence nationale de lutte contre la corruption et de la promotion de la bonne gouvernance (ANLC) est cité dans un scandale de corruption. Il a d’ailleurs été limogé en attendant son jugement avec 8 autres directeurs généraux et administrateurs d’entités publiques pour des faits présumés de détournement et autre délits financiers.

L’IPC classe 180 pays et territoires selon le niveau de corruption perçu dans le secteur public, sur une échelle qui va de zéro (fortement corrompu) à 100 (faiblement corrompu).

Les pays les mieux classés sont le Danemark (88), la Finlande (88) et la Nouvelle-Zélande (88), également en tête de liste dans l’Indice de démocratie pour ce qui concerne les libertés civiles. La Somalie (13), la Syrie (13) et le Soudan du Sud (11) restent au bas de l’échelle de l’IPC.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : la junte ‘’refuse’’ la commémoration des pendaisons du 25 janvier sous Sékou Touré

Published

on

Votre publicité ici

Deux semaines après la célébration du centenaire de Sékou Touré, premier président de la Guinée indépendante par ses adeptes, l’Association des victimes du camp Boiro (AVCB) s’apprêtait à son tour à commémorer les pendaisons du 25 janvier 1971. Sauf à la grande surprise, cette commémoration n’a pas eu lieu, en cause la junte militaire au pouvoir en Guinée  a ‘’refusé’’ de donner son autorisation.

Aucun motif n’a été avancé par les nouvelles autorités puisqu’elles n’ont tout simplement pas répondu à la demande d’autorisation adressée au ministère de l’Administration du territoire, selon l'AVCB.

Face à cette situation, elle a donc décidé de se retrouver aujourd'hui, au domicile de feu Diallo Telly, célèbre victime du camp Boiro, pour lire le coran et prier pour les victimes du régime de Sékou Touré, à qui la junte a décidé d’octroyer le nom de l’Aéroport international de Conakry  Gbessia,  redevenu depuis quelques semaines ‘’l’Aéroport international d’Ahmed Sékou Touré ‘’.

L’association des  victimes du Camp Boiro  commémore chaque année l’anniversaire de la pendaison des cadres, fonctionnaires et autres sous le pont de Tombo à Conakry et autres lieux du pays, le 25 janvier 1971.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance