Connect with us

A LA UNE

AFRIQUE SUBSAHARIENNE : DES TAUX DE CROISSANCE DE 3, 5 ET 3, 7 % EN 2019 ET 2020 (FMI)

Published

on

Votre publicité ici

La croissance moyenne en Afrique subsaharienne (pondérée par le PIB en parité de pouvoir d’achat) va atteindre 3,5 % en 2019 et 3,7 % en 2020 contre 3 % en 2018, indique le FMI, dans un nouveau rapport.

Le rapport sur les Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne relève que ces projections représentent ‘’environ ¼ de point de moins que prévu dans l’édition d’octobre 2018 des Perspectives de l’économie mondiale (PEM).

‘’Ces chiffres globaux occultent toutefois des disparités considérables entre les pays, avec des différences marquées entre les pays riches et les pays pauvres en ressources naturelles’’, observe le document.

Concernant les pays riches en ressources naturelles, ‘’les résultats globaux restent médiocres dans les grands pays de la région, notamment l’Afrique du Sud et le Nigéria’’.

Le rapport précise qu’après 1,9 %, en 2018, le Nigéria devrait atteindre 2,1 % en 2019 sous l’impulsion du redressement de la production pétrolière et d’une reprise de l’activité dans le reste de l’économie, après l’élection présidentielle.

‘’Les perspectives à court terme restent cependant moroses en raison de la baisse des cours du pétrole, qui a d’importants effets secondaires, y compris en dehors du secteur pétrolier. À moyen terme, et à politiques inchangées, la croissance devrait se stabiliser autour de 2¾ % d’après les projections, ce qui implique une quasi-stagnation du revenu par habitant’’, prévient le rapport.

Ces perspectives médiocres de croissance pourraient avoir une incidence sur les performances régionales, directement, et indirectement par ‘’le biais de leurs effets sur les partenaires commerciaux du pays, des envois de fonds des travailleurs expatriés et des liens financiers’’.

L’économie sud-africaine devrait progresser de 0,8 % en 2018 et 1,2 % en 2019. Selon le rapport, ‘’son redressement repose sur une amélioration progressive de la confiance des milieux d’affaires et des consommateurs sous l’effet du recul des incertitudes entourant la politique économique’’.

‘’À politiques inchangées, la croissance devrait se stabiliser autour de 1,8 % à moyen terme, soit à peine plus que le taux de croissance démographique. De ce fait, les retombées positives sur les autres pays, par l’intermédiaire de la demande d’importations et du secteur financier, risquent d’être limitées.’’

En revanche, pour les pays pauvres en ressources naturelles, le rapport table sur ‘’une forte croissance d’environ 6,3 % en moyenne en 2019 et 2020’’.

‘’L’Éthiopie, troisième économie de la région par sa taille, devrait voir sa croissance s’accélérer et atteindre 7,7 %, les incertitudes liées aux vents politiques contraires et aux chocs extérieurs diminuant.’’

Le document souligne que ‘’les principaux moteurs de la croissance resteront l’investissement public rapide (Sénégal) et la consommation privée (Côte d’Ivoire, Kenya), surtout à l’ouest et à l’est de la région’’.

‘’La croissance devrait se redresser dans d’autres pays riches en ressources naturelles, mais à un rythme plus modéré d’environ 3,1 % en moyenne. À politiques inchangées, la croissance à moyen terme devrait se stabiliser autour de 3¾ %, ou 1¼ % par habitant dans l’ensemble de la région’’.

Ces chiffres demeurent cependant ‘’bien’’ en deçà de ‘’ce qu’il faudrait pour hisser le niveau de vie des habitants de la région à celui dont jouit en moyenne le reste du monde et pour permettre de créer chaque année les 20 millions d’emplois nécessaires pour absorber les nouveaux arrivants sur les marchés du travail’’.

APS 

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Bruxelles : Cellou Dalein Diallo plaide pour un soutien de l’UE à la transition

Published

on

Votre publicité ici

Le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) séjourne depuis quelques jours à Bruxelles, en Belgique.

Cellou Dalein Diallo a saisi cette opportunité pour échanger avec Bernard Quentin, Directeur Afrique et Directeur général adjoint du Service européen pour l’action extérieure (SEAE) assisté de son collaborateur Roberto Olmi et de Madame Marie Shand, Responsable de la coopération internationale de la Commission européenne.  Echange au cours de laquelle, il a plaidé pour un soutien appuyé de l’Union européenne en faveur de la transition guinéenne. Transition entamée depuis le 05 septembre, jour de la chute d’Alpha Condé, renversé par un coup d’Etat militaire mené par le colonel Mamady Doumbouya.

« J’ai saisi cette opportunité pour expliquer que l’ordre constitutionnel était déjà rompu en Guinée depuis le double scrutin du 22 mars et le hold-up électoral du 18 octobre 2020. C’est pourquoi j’ai défendu que l’intervention de l’armée doit être considérée comme un premier pas vers le retour à l’ordre constitutionnel avant de plaider plutôt pour un renforcement de la coopération avec la Guinée et surtout un soutien appuyé de l’UE à la transition ».

Par Ibrahim Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Pita : manque criard d’enseignants au collège de Niguelandé

Published

on

Votre publicité ici

Alors que les élèves ont repris le chemin de l’école ce jeudi 21 octobre 21, l’unique collège de la sous-préfecture de Ninguelandé, dans la préfecture de Pita, est confronté à un manque criard d’enseignants.

Aujourd’hui,  de la 7eme à la 10e année, l’établissement n’a que quatre professeurs, déplore le principal du collège, qui ne mâche pas son inquiétude.

Face à cette situation, Ibrahima Foyé Diallo tente désespérément de trouver des contractuels pour assurer la survie de l’école. En attendant que les autorités de l’éducation guinéenne fournissent d’autres enseignants à l’établissement, il lance un appel à l’aide aux ressortissants de la sous-préfecture de Ninguelandé.

Il faut agir vite, lance un habitant de la localité, sinon l’unique collège de Ninguelandé risque de fermer ses portes, faute d'enseignants,  alerte-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Nomination partielle du gouvernement de la transition en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Près de deux mois après la prise du pouvoir par l’armée, les membres du gouvernement  commencent à tomber à compte-goutte.

Ce jeudi 21 octobre, sur « proposition » du premier ministre Mohamed Beavogui, le président de la transition le colonel Mamady Doumoubya a procédé à la nomination de trois ministres et un secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Il s’agit du général à la retraite Aboubacar Sidiki Camara, alias Idi Amin, précédemment ambassadeur de Guinée à Cuba, qui devient ministre délégué à la présidence chargé de la Défense nationale. Egalement, le général à la retraite Bachir Diallo, précédemment attaché de défense à l’Ambassade de Guinée en Algérie, est nommé ministre de la Sécurité et de la protection civile. Mme Louopou Lamah, précédemment directrice nationale du commerce extérieure et de la compétitivité, prend pour sa part la tête du ministère de l’Environnement et du développement durable. Enfin, Abdourahmane Siké Camara, précédemment conseiller principal du ministre secrétaire général du gouvernement, devient le Secrétaire général du gouvernement avec rang de ministre.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance