Connect with us

Santé & Environnement

AfricaRice s’inquiète des importations de riz « impropre à la consommation » en Afrique

Published

on

Votre publicité ici

Le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice), une institution multilatérale basée à Abidjan, met en garde les pays africains face à la mauvaise qualité du riz importé, dans un communiqué publié le 7 juin sur son site.

L’Africa Rice Center (Centre du riz pour l’Afrique – AfricaRice), une institution panafricaine de lutte pour la sécurité alimentaire et la rentabilité du secteur rizicole en Afrique « appelle à la vigilance » en ce qui concerne les importations massives de riz en provenance d’Asie, qui pourrait être impropre à la consommation.

Les normes de production et de conservation de cette denrée parmi les plus consommées sur le continent africain, auraient des conséquences néfastes sur les populations.

Un riz dangereux pour la santé

AfricaRice souhaite « avertir ses États membres qu’il a récemment reçu des informations crédibles sur les plans de la Thaïlande d’exporter en mai et juin 2016 11,4 millions de tonnes de riz des stocks du gouvernement. Bien qu’il puisse paraître irréaliste d’exporter 11,4 millions de tonnes pendant deux mois seulement, il s’agit là d’une véritable épée de Damoclès au-dessus du secteur rizicole en Afrique, puisque l’Afrique pourrait être utilisé encore comme un dépotoir si l’on n’y prend pas garde. »

Les craintes d’AfricaRice concernent à la fois la qualité de ces denrées et l’effet de ses importations massives sur les producteurs africains.

Craintes sur la qualité

Les chercheurs de l’institution panafricaine constatent que certains pays asiatiques enverraient en Afrique du riz de qualité « inférieure à la normale », à destination d’un marché qualifié de « peu exigeant ». En termes de santé publique, le riz prévu à l’exportation serait conservé pendant de longues durées à l’aide de produits chimiques dangereux pour les consommateurs.

« Au Sénégal, en particulier, la police nationale a saisi récemment 22 690 tonnes correspondant à une valeur de six milliards de F CFA (10,3 millions de dollars) de brisure de riz indien impropre à la consommation humaine», rapporte AfricaRice qui exhorte les ministres des États africains et leurs partenaires à prendre des mesures afin de réguler ce marché.

Menaces sur l’objectif d’autosuffisance en riz pour l’Afrique

AfricaRice précise en outre que le taux du prix du riz sur le marché mondial est en hausse. Compte-tenu des prévisions d’importations massives de cette céréale en provenance de Thaïlande, « la balance commerciale de l’Afrique sera défavorablement affectée ».

Participant activement aux objectifs d’autosuffisance en riz pour l’Afrique à travers plusieurs centres répartis sur le continent, AfricaRice appelle les pays africains à privilégier le riz local, malgré son coût plus élevé. « Le dumping de ces quantités massives de riz sur le marché du riz en Afrique va décourager la production et la vente du riz local », explique l’ONG qui met en garde face à un effet « contreproductif à l’objectif d’autosuffisance en riz ».

À titre illustratif : le président Macky Sall annonçait début 2015 son intention ferme de mener le Sénégal, qui consomme environ 1,5 million de tonnes de riz chaque année, à l’autosuffisance dans cette denrée en 2017.

Mais selon les chiffres de l’Organisation mondiale du commerce, en 2015, environ 1 285 735 tonnes de riz ont été importées au Sénégal, soit le plus haut niveau atteint depuis 2011. En 2013, le ministère sénégalais de l’Économie annonçait un déficit de 16 % de la balance commerciale du Sénégal dû aux seules importations de riz.

Recommandations

En réponse à cette menace sur les balances commerciales des pays africains, l’institution basée à Abidjan recommande aux agences gouvernementales du continent d’être plus exigeantes quant aux normes de qualité du riz importé, tout en adoptant des mesures afin d’encourager la compétitivité du riz produit localement.

En 2015, les pays africains ont importé 11 millions de tonnes de riz, le Sénégal se classant au premier rang, devant l’Afrique du Sid (1 million de tonnes), le Bénin (977 000), la Côte d’Ivoire (964 000) et le Nigeria (783 000).

Fondée en 1971, AfricaRice rassemble 25 pays africains. Outre son siège d’Abidjan, l’institution compte des équipes de recherche au Bénin, au Ghana, au Liberia, à Madagascar, au Nigeria, au Sénégal, en Sierra Leone et en Tanzanie.

Par Jeune Afrique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Covid-19 : la Guinée prend des mesures contre les passagers en provenance de l’Inde

Published

on

Votre publicité ici

Face à la circulation du variant indien dans le monde, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS)  a pris des mesures concernant les passagers en provenance, ou ayant transité par l’Inde, où le Covid-19 fait des ravages depuis quelques jours.

Pour rentrer en Guinée, ils devront se munir d’un certificat de justification d’un test PCR datant de 72 heures. En plus de cette mesure, ils seront prélevés une fois arrivée à l’aéroport de Conakry-Gbessia.

Les voyageurs dont les résultats du test PCR s’avèrent positifs seront envoyés dans un centre de traitement de la maladie. Pour ceux dont les résultats sont négatifs, ils seront isolés dans un hôtel de la place pendant 14 jours au bout desquels, un nouveau test de contrôle PCR leurs seront effectués. Ceux dont les résultats s’avèreront négatifs, seront libres, les autres seront transférés dans un centre de traitement, explique l’ANSS, qui précise que les frais du test et le séjour à l’hôtel seront à la charge des voyageurs.

Par Mariam Bâ   

 

Continue Reading

A LA UNE

Covid-19 : la courbe baisse en Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Le nombre des cas de coronavirus continue de baisser en Guinée avec moins désormais de 100 contaminations par jour, a confirmé Dr Bouna Yattassaye , Directeur général adjoint de l’Agence national de sécurité sanitaire ( ANSS).

Intervenant ce mercredi 28 avril 2021dans l’émission Mirador de nos confrères de Fim fm,  il a déclaré que la courbe est entrain de baisser dans le pays. Mais cela ne veut dire qu’on va relâcher, a-t-il toutefois indiqué, invitant les guinéens à se faire vacciner, car, dit-il la vaccination est le seul moyen de maitriser la maladie.

A ce jour, la Guinée compte 940 cas d’hospitalisation.

Officiellement, 141 personnes sont mortes du Covid-19, depuis l’apparition du premier cas en Guinée en mars 2020, sur un total de 22087 cas confirmés. 19558 personnes en sont sorties guéries.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Ebola : la dernière patiente est guérie

Published

on

Votre publicité ici

La dernière patiente du virus Ebola en Guinée est sortie de l’hôpital ce dimanche 25 avril 2021. Elle est même rentrée chez elle en famille à Kpagalaye, en région forestière.

C’est donc parti pour le compte à rebours de 42 jours. Si d’ici là aucun nouveau cas n’a été notifié, la Guinée va déclarer la fin de l’épidémie.

Depuis la résurgence de la maladie dans le pays en janvier,  5 des 16 cas confirmés sont décédés.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance