Connect with us

Santé & Environnement

AfricaRice s’inquiète des importations de riz « impropre à la consommation » en Afrique

Publié

le

Votre publicité ici

Le Centre du riz pour l’Afrique (AfricaRice), une institution multilatérale basée à Abidjan, met en garde les pays africains face à la mauvaise qualité du riz importé, dans un communiqué publié le 7 juin sur son site.

L’Africa Rice Center (Centre du riz pour l’Afrique – AfricaRice), une institution panafricaine de lutte pour la sécurité alimentaire et la rentabilité du secteur rizicole en Afrique « appelle à la vigilance » en ce qui concerne les importations massives de riz en provenance d’Asie, qui pourrait être impropre à la consommation.

Les normes de production et de conservation de cette denrée parmi les plus consommées sur le continent africain, auraient des conséquences néfastes sur les populations.

Un riz dangereux pour la santé

AfricaRice souhaite « avertir ses États membres qu’il a récemment reçu des informations crédibles sur les plans de la Thaïlande d’exporter en mai et juin 2016 11,4 millions de tonnes de riz des stocks du gouvernement. Bien qu’il puisse paraître irréaliste d’exporter 11,4 millions de tonnes pendant deux mois seulement, il s’agit là d’une véritable épée de Damoclès au-dessus du secteur rizicole en Afrique, puisque l’Afrique pourrait être utilisé encore comme un dépotoir si l’on n’y prend pas garde. »

Les craintes d’AfricaRice concernent à la fois la qualité de ces denrées et l’effet de ses importations massives sur les producteurs africains.

Craintes sur la qualité

Les chercheurs de l’institution panafricaine constatent que certains pays asiatiques enverraient en Afrique du riz de qualité « inférieure à la normale », à destination d’un marché qualifié de « peu exigeant ». En termes de santé publique, le riz prévu à l’exportation serait conservé pendant de longues durées à l’aide de produits chimiques dangereux pour les consommateurs.

« Au Sénégal, en particulier, la police nationale a saisi récemment 22 690 tonnes correspondant à une valeur de six milliards de F CFA (10,3 millions de dollars) de brisure de riz indien impropre à la consommation humaine», rapporte AfricaRice qui exhorte les ministres des États africains et leurs partenaires à prendre des mesures afin de réguler ce marché.

Menaces sur l’objectif d’autosuffisance en riz pour l’Afrique

AfricaRice précise en outre que le taux du prix du riz sur le marché mondial est en hausse. Compte-tenu des prévisions d’importations massives de cette céréale en provenance de Thaïlande, « la balance commerciale de l’Afrique sera défavorablement affectée ».

Participant activement aux objectifs d’autosuffisance en riz pour l’Afrique à travers plusieurs centres répartis sur le continent, AfricaRice appelle les pays africains à privilégier le riz local, malgré son coût plus élevé. « Le dumping de ces quantités massives de riz sur le marché du riz en Afrique va décourager la production et la vente du riz local », explique l’ONG qui met en garde face à un effet « contreproductif à l’objectif d’autosuffisance en riz ».

À titre illustratif : le président Macky Sall annonçait début 2015 son intention ferme de mener le Sénégal, qui consomme environ 1,5 million de tonnes de riz chaque année, à l’autosuffisance dans cette denrée en 2017.

Mais selon les chiffres de l’Organisation mondiale du commerce, en 2015, environ 1 285 735 tonnes de riz ont été importées au Sénégal, soit le plus haut niveau atteint depuis 2011. En 2013, le ministère sénégalais de l’Économie annonçait un déficit de 16 % de la balance commerciale du Sénégal dû aux seules importations de riz.

Recommandations

En réponse à cette menace sur les balances commerciales des pays africains, l’institution basée à Abidjan recommande aux agences gouvernementales du continent d’être plus exigeantes quant aux normes de qualité du riz importé, tout en adoptant des mesures afin d’encourager la compétitivité du riz produit localement.

En 2015, les pays africains ont importé 11 millions de tonnes de riz, le Sénégal se classant au premier rang, devant l’Afrique du Sid (1 million de tonnes), le Bénin (977 000), la Côte d’Ivoire (964 000) et le Nigeria (783 000).

Fondée en 1971, AfricaRice rassemble 25 pays africains. Outre son siège d’Abidjan, l’institution compte des équipes de recherche au Bénin, au Ghana, au Liberia, à Madagascar, au Nigeria, au Sénégal, en Sierra Leone et en Tanzanie.

Par Jeune Afrique

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Covid-19 : le taux de positivité en forte hausse en Guinée

Publié

le

Par

Votre publicité ici

La covid-19 continue de se répandre en Guinée, où le taux de positivité des personnes testées a passé de 5% à plus de 10%, selon le président de la République, qui alerte sur la « gravité » de la situation.

Dans une adresse à la nation, samedi dernier, Alpha Condé, réélu pour un troisième mandat contesté, a reconduit l’état d’urgence sanitaire pour un mois encore, afin de tenter, une nouvelle fois, à briser la chaîne de contamination.

« Il a été constaté que de nombreux cas sont asymptomatiques, le danger de cette situation est que le malade ne présente aucun signe de maladie, mais malheureusement, il peut par contre transmettre la maladie. Je voudrais souligner que le taux d’hospitalisation en réanimation est en importante augmentation. Ces patients sont sous assistance respiratoire continue, avec un pronostic vital engagé. Cette situation est si critique que nous avons dû procéder à Sonfonia, à l’ouverture d’un nouveau centre de traitement épidémiologique équipé d’une unité de réanimation pour faire face à la nouvelle vague de patients présentant des complications aiguës », a-t-il déclaré, dénonçant ainsi le « relâchement » des mesures barrières sanitaires comme le port du masque, la distanciation physique et l’hygiène des mains dans la majorité des lieux publics, notamment les transports, les lieux de cultes, les administrations, les marchés.

« Cette situation doit nous interpeller tous », lance le chef de l’Etat, avant de souligner qu’il a décidé de faire tester tous les personnels des différents ministères sans aucune exception.

« Nous demandons d’autre part à toutes les sociétés privées, minières comme industrielles, de prendre toutes les dispositions pour un test systématique de tous leurs employés », invite-il, avant de demander au guinéens de se Ressaisir « si nous ne voulons pas connaître à nouveau une situation sanitaire qui remettrait en cause tous nos acquis, avec pour conséquence un ralentissement des activités économiques, sociales, religieuses, éducatives, sportives et culturelles », a-t-il prévenu.

A la date du 13 novembre 2020, la Guinée comptait un cumul de 12 537 cas confirmés positifs, 10 899 cas guéris et 74 décès.

Les cas les plus nombreux se trouvent principalement dans les communes de Ratoma et Matoto.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Prime des médecins : un compromis trouvé, annonce Sakoba Keita

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Deux jours après la grogne des médecins engagés dans la lutte contre le coronavirus pour réclamer le paiement de leur prime exceptionnelle, un compromis a été finalement trouvé. C’est du moins l’annonce faite par le Directeur général de l’agence nationale de sécurité Sanitaire (ANSS), Dr Sakoba Keita en conférence de presse ce mercredi 4 novembre 2020.

« Le gouvernement guinéen a débloqué 5 milliards GNF pour honorer ses engagements vis-à-vis des médecins », a-t-il déclaré à la presse aujourd’hui.

Toutefois, les cinq millions de FG par mois pendant 3 mois réclamés par les médecins n’ont jamais été promis, a souligné Dr Sakoba Keita. Néanmoins, l’identification des bénéficiaires, ainsi que les modalités de payement de la prime seront déterminées dans les jours avenirs (48 heures), dit-il pour être précis.

Lundi dernier, le collectif des médecins engagés dans la lutte contre le coronavirus avaient organisé un sit-in devant le CHU de Donka, pour réclamer le paiement de leur prime exceptionnelle, tel que promis par le premier ministre, Kassory Fofana, lors de son discours du 23 juin dernier, sur la phase 2 de la politique économique et sociale de riposte contre la pandémie.

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

Lutte contre le coronavirus : les médecins réclament leur prime !

Publié

le

Par

Votre publicité ici

« J’ai risqué ma vie » ! Plusieurs médecins engagés dans la lutte contre le coronavirus en Guinée sont descendus dans la rue, dans la matinée de ce lundi 2 novembre 2020, devant le CHU de Donka, pour réclamer le paiement de leur prime exceptionnelle, tel que promis par le premier ministre, Kassory Fofana, lors de son discours du 23 juin dernier, sur la phase 2 de la politique économique et sociale de riposte contre la pandémie.

« Il y a de cela combien de mois qu’on n’a pas reçu nos primes ? Ils ont promis de donner l’eau, l’électricité, la circulation gratuite, nous sommes d’accord que le peuple en a bénéficié, mais aujourd’hui on veut notre prime exceptionnelle », a déclaré à la presse, leur porte-parole, Dr Ibrahima Koriko Diallo.

« Nous avons fait ce que nous devons faire, c’est maintenant à l’Etat de nous satisfaire. On n’a pas demandé trop, nous avons demandé juste notre prime exceptionnelle. Nous pensons que l’Etat peut faire ça pour nous », a-t-il poursuivi, ajoutant qu’ils n’arrêteront pas de manifester tant qu’ils n’auront pas leur prime.

Le premier ministre a pourtant affirmé récemment que le montant des primes a été remis aux autorités concernées.

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.