Connect with us

Economie

Affaire Sable Mining : des arrestations au Liberia, inquiétude en Guinée

Publié

le

Votre publicité ici

Cinq personnes, dont trois hauts responsables politiques libériens, et la compagnie minière britannique Sable Mining, accusée de les avoir corrompus, ont été inculpées de "crimes économiques", a annoncé mercredi le ministre de l'Information du Liberia, Eugene Nagbe.

Peu auparavant, une source de sécurité avait fait état de l'arrestation mercredi matin d'un des cinq hommes, le chef du parti au pouvoir et ancien avocat de la société, Varney Sherman.

"Les poursuites visent pour le moment le président de l'Assemblée (Alex) Tyler, Varney Sherman, Ernest C.B. Jones, Chris Onunuga et Sable Mining. D'autres personnes font encore l'objet d'enquêtes", a déclaré le ministre à l'AFP.

Monsieur  Nagbe faisait référence à des personnes citées dans un rapport publié le 11 mai par l'ONG britannique Global Witness accusant la compagnie de pratiques de corruption pour obtenir ou sécuriser des permis d'exploitation au Liberia et en Guinée où le fils du président Alpha Condé est cité également.

Monsieur Tyler, M. Jones, un ancien secrétaire d'Etat aux Mines, et M. Onunuga, un facilitateur dans le secteur minier, sont tous trois cités dans le rapport comme bénéficiaires de fonds de Sable Mining, destinés à favoriser les affaires de la compagnie au Liberia, avec l'aide du cabinet de M. Sherman.

Ce dernier "a été arrêté tôt ce matin (mercredi) à son domicile parce qu'il a refusé de coopérer avec la commission spéciale formée par la présidente" Ellen Johnson Sirleaf pour enquêter sur cette affaire, a affirmé à l'AFP la source de sécurité sous couvert d'anonymat.

Des enquêteurs spécialisés ont perquisitionné lundi les bureaux de M. Sherman, mais n'ont pas pu accéder à son domicile, car de jeunes militants du parti au pouvoir les en ont empêchés, selon le chef de la commission présidentielle, Jonathan Koffa, qui avait menacé de recourir à la force.

Des policiers se sont également déployés devant le domicile de M. Tyler mercredi matin. "Le président de l'Assemblée le rejoindra bientôt (M. Sherman) au tribunal", a affirmé la source de sécurité.

Monsieur Sherman a réfuté toute malversation dans ce dossier, reconnaissant avoir effectué des paiements pour Sable Mining en tant qu'avocat, couvert selon lui par le secret professionnel. Il s'est dit prêt à coopérer dans cette enquête, mais pas avec la commission spéciale désignée par la présidence.

Dans un communiqué transmis à l'AFP, la société a dénoncé "des allégations inexactes et infondées" dans le rapport, établi "essentiellement sur la base de discussions non corroborées avec trois anciens associés (...) dont le témoignage n'est pas fiable".

Elle dit avoir vérifié les faits incriminés et n'avoir "trouvé aucune preuve qui soutienne ou justifie cette attaque contre la compagnie ou ses directeurs, anciens ou actuels".

Par le passé, Mme Sirleaf n'a pas non plus été épargnée par les accusations de corruption et de népotisme, en particulier en faveur de ses fils.

Le nom de son beau-fils, Fombah Sirleaf, chef des services de renseignements du pays, apparaît d'ailleurs dans le rapport comme bénéficiaire de milliers de dollars de frais - notamment de voyages et de téléphone.

Au total, Global Witness accuse la compagnie minière d'avoir payé près de 960.000 dollars (plus de 855.000 euros) à plusieurs responsables libériens ou à leurs proches entre 2010 et 2012 pour s'assurer leurs faveurs en vue de l'obtention de concessions pour l'extraction de minerai de fer.

En Guinée, si le ministre de la justice a rassuré que « s’il y a des compatriotes qui ont reçu de l’argent dans ce dossier, tout le monde le saura », beaucoup redoute que la justice guinéenne classe ce dossier. Un dossier qui pèse lord sur le fils unique du président Condé, Mohamed Alpha.

Sable Mining a été fondée par les Britanniques Philippe-Henri Edmonds dit Phil Edmonds, ancienne vedette de cricket, et Andrew Groves, accusés par l'ONG d'avoir "bâti leur empire sur le marché boursier par la corruption et les escroqueries".

avec AFP

Votre publicité ici

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

« Le Gouvernement dément formellement un scandale financier impliquant un ministre en fonction »

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Le Gouvernement de la République a appris avec une vive indignation, par voie de presse, un prétendu détournement de deniers publics d’un montant de plus de 200 milliards GNF, dont se serait rendu coupable un membre du gouvernement en place. Une information à sensation qui proviendrait de diverses sources, notamment d’une prétendue commission ad hoc domiciliée au cabinet de Monsieur le Président de la République et chargée de faire la lumière sur les détournements des deniers publics et malversations financières. Il n’existe aucune commission de ce genre à la Présidence de la République.

Le Gouvernement dément formellement un scandale financier impliquant un ministre en fonction.

Les allégations, sans fondement, ni preuves avérées de détournements de deniers publics par des fonctionnaires et agents de l’Etat, sont de nature à ternir l’image, la réputation, la crédibilité et la légitimité de l’institution présidentielle et du Gouvernement. De telles conjectures jettent le doute dans l’opinion et causent un énorme préjudice aux institutions nationales et personnalités publiques.

Le Gouvernement de la République, afin d’éclairer la lanterne publique et lever toute équivoque, à propos des faits allégués, se réserve le droit de saisir, au tour de cette affaire montée de toutes pièces, la Haute autorité de la communication -HAC-, pour interpeller les professionnels des Médias, à propos de la diffusion de fausses informations.

La justice pourrait être aussi saisie pour identifier, à des fins de poursuites judiciaires, toutes les potentielles sources de désinformations.

Enfin, Monsieur le Premier Ministre rappelle que l’engagement solennel et irréversible de Monsieur le Président de la République, son Excellence, Professeur Alpha Condé de ‘’gouverner autrement’’, est fondé sur la transparence, la rigueur, la justice et l’éthique dans la conduite et la gestion des affaires publiques ainsi que sur le respect scrupuleux des Lois de la République.

Fait à Conakry, le 26 novembre 2020

Dr. IBRAHIMA KASSORY FOFANA, Premier Ministre, Chef du Gouvernent

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

A Dubreka, l’Etat libère finalement la ferme d’Alsény Barry

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Deux jours après avoir saisi  la ferme avicole de l’opérateur économique,  Elhadj Alsény Dalaba Barry, beau-père du ministre des travaux publics, Mousthapha Naité, les autorités ont décidé finalement de libérer les lieux, du moins pour le moment, a-t-on appris.

Selon nos confrères de guineematin.com, les agents de défense et de sécurité qui y étaient déployées lundi ont quitté la ferme hier mercredi.

Mais si le départ  de ces agents ont permis la reprise des activités, cependant, quelques poules ont disparu de la ferme. Au total, 92 ont été  « volées », selon le gérant cité par nos confrères.

« Nous avons retrouvé ces poules sur le marché. Nous sommes sur des enquêtes pour savoir comment elles se sont retrouvées là », dit-il, soulignant que des négociations  sont en cours entre leur société et l’Etat, afin de trouver une solution définitive sur le litige, concernant ce domaine situé à Diomaya, dans la préfecture de Dubreka et que l’Etat voudrait reverser à son compte.

Par Alpha Diallo

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

A LA UNE

« Prenez mon poste, mais ne touchez pas à mon honneur », craque la ministre Zenab Drame

Publié

le

Par

Votre publicité ici

Accusée de détournement de plus de 200 milliards de francs guinéens,  la ministre de l’Enseignement technique, de la formation professionnelle et de l’emploi, Zenab Nabaya Drame rejette catégoriquement ces accusations et crie à la diffamation.

Dans un post sur sa page facebook, elle dénonce un « complot » visant à la faire « sauter »  de son poste dans la perspective de la formation d’un nouveau gouvernement qui est incessamment attendu après la réélection contestée d’Alpha Condé pour un troisième mandat.  « Prenez mon poste, mais ne touchez pas à mon honneur ! », Lâche-t-elle.

Réaction :

Je ne suis pas émue, ni ébranlée par votre publication, car autant qui est coupable doit s'expliquer, je ne vois pas de raisons pour un innocent de se justifier. En attendant que vous n'apportiez la preuve des " faits" révélés dans votre " enquête" auprès sans doute de sources douteuses, je vous pardonne votre outrage et votre outrance. C'est dommage pour notre pays que la presse, très souvent, soit complice de cadres et personnalités qui ont prospéré dans la délation, le mensonge, le clientélisme, et pour parvenir á leurs fins sont prêts à tout, à abuser de tout le monde, quitte à détruire des vies et des réputations établies. Dieu aide le pays et le Président à se débarrasser enfin du mal du carriérisme et des intrigues qui minent l'administration et font depuis toujours le malheur de la Guinée.

J'insiste, je n'ai rien à me reprocher ni à cacher. Le moment venu, la vérité sera connue de tous et Dieu rendra justice.

En attendant, j'informe, - pour ceux qui s'en inquiéteraient ou en douteraient de bonne foi- , que je n'ai été,  à ce jour, mise en cause dans aucune affaire relevant de ma gestion actuelle ou antérieure : à commencer par Monsieur le Président de la République,  personne ne m'a encore incriminé ou interpellé à propos de prétendus détournements, encore moins m'intimer de rembourser quoi que ce soit. Je défie quiconque de prouver le contraire.

A la veille du remaniement ministériel qui aiguise les pires appétits et nourrit des tensions mortelles entre d'innombrables " ministrables", je sais que jusque sous mes pieds, une course est engagée pour ma succession, semble-t-il, ouverte. Je ne m'en préoccupe pas. Mais, mon honneur et ma réputation de femme, si. Au prix de ma vie, je les défendrai. Il y a le procès des hommes et le tribunal de Dieu ».

Par Mariam Bâ

Votre publicité ici
Cliquez et continuer à lire

Facebook

Devenez annonceur sur guinee28.info

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Devenez annonceur sur guinee28.info

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.

Avis aux utilisateurs d'AdBlock

Vous aimez lire guinee28.info merci par avance de votre soutien «Veuillez désactiver votre bloqueur de publicité». Nous n'affichons que des publicités natives qui rendent le site agréable.