Connect with us

Société & Faits Divers

Ils sont accusés de meurtre : trois lions condamnés à la captivité à vie en Inde

Published

on

Sur les 18 lions arrêtés le 14 juin pour meurtre dans l'état de Gujarat dans l'ouest de l'Inde, trois ont été condamnés jeudi à la captivité à vie.

Des restes humains ont été retrouvés dans les excréments de trois des 18 lions arrêtés dans une affaire de meurtres en série dans le parc national du Gujarat en Inde, le 14 juin. Il s'agit d'"un adulte mâle et deux lionnes", a rapporté jeudi la BBC, citant le responsable du patrimoine du Gujarat, AP Singh.

Le lion sera envoyé dans un zoo et les deux lionnes seront transférées dans un refuge. D'après AP Singh, seul le lion aurait tué des êtres humains, les lionnes, elles, auraient seulement mangé les "restes" de viande.

Quant aux 15 autres lions détenus, ils ont été relâchés.

Un mystérieux serial-killer sévirait actuellement dans le parc national de Gir, dans l'État du Gujarat dans l'ouest de l'Inde. Les enquêteurs sont sur sa trace. Pour retrouver le coupable, ils ont "arrêté" 18 lions. Ces derniers mois, six attaques sur des humains ont été recensées, dont trois mortelles.Ces derniers mois, six attaques sur des humains ont été recensées, dont trois mortelles.

Les lions suspects sont pour le moment gardés dans des cages séparées. En mobilisant des méthodes dignes des "Experts", les autorités espèrent identifier le fautif. L'expert en faune Ruchi Dave a expliqué à la BBC que les empreintes des félins ainsi que leurs excréments seront examinés pour confondre le coupable.

"Nous pensons avoir identifié le lion coupable mais nous attendons les résultats de neuf autres animaux pour être sûrs", a déclaré JA Khan, haut fonctionnaire responsable des forêts du Gujarat.

La surpopulation du parc national en cause

Les avocats des lions estiment que c'est la surpopulation du parc qui est à blâmer pour ces comportements. Govind Patel, ancien gardien de la faune du Gujarat, a déclaré au journal Indian Express que le parc national de Gir avait une capacité maximale de 270 lions. Au-delà, certains lions se retrouvaient chassés de leur territoire habituel provoquant leur agressivité et les attaques. Aujourd'hui, 523 lions vivent dans le parc naturel.

La cour suprême indienne a d'ailleurs jugé que le Gujarat devrait transférer certains de ses lions vers d'autres États afin d'éviter d'autres incidents de ce type.

Le coupable encourt une peine d'emprisonnement à vie dans un zoo. Quant à ceux qui seront innocentés par les experts, ils pourront retourner à leur paisible vie de gros félins dans le parc naturel.

Par France24

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Kindia : un conflit domanial vire au drame

Published

on

Une personne a été tuée dans des affrontements entre des habitants de deux villages (Gnèguèyah dans le district de Sékhoussoriyah et de Modouyah dans le district Dar-es-Salam)  autour du contrôle d’un domaine agricole dont ils se disputent la paternité depuis plusieurs années.

Le drame a eu lieu ce 28 juin 22, dans la commune rurale de Madina-Oula dans la région de Kindia.

Plusieurs personnes ont été également blessées par balles. Elles ont été transportées à l’hôpital régional de Kindia pour des soins.

Les violences ont éclaté dans la journée aux environs de 15 heures. Mais finalement,  le calme est revenu après l’intervention des forces de sécurité.

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Lituanie : Amnesty International dénonce l’abandon des migrants, dont Sékou guinéen, dans les centres de détention

Published

on

Amnesty international a dénoncé les terribles conditions de vie des migrants enfermés dans les centres de détention en Lituanie. Dans son dernier rapport publié lundi 27 juin, l’ONG explique qu’ils sont soumis à des emprisonnements arbitraires, des violences et des procédures administratives qui n'aboutissent jamais, les milliers d'exilés actuellement enfermés dans le pays croupissent dans des prisons sans aucune information sur leur avenir. "De quoi devenir fou", affirme Sékou, un migrant guinéen retenu dans le centre de Pabradé.

Les conclusions sont accablantes. L’ONG  qui a envoyé une délégation du mois de novembre 2021 au mois de mai 2022, relève que les milliers de migrants entrés dans le pays depuis la Biélorussie voisine, "sont détenus dans des conditions sordides […] privés d’accès à une procédure d’asile équitable et soumis à de graves violations des droits humains". "De nombreuses personnes ont dit avoir été battues, insultées et soumises par des gardiens à un harcèlement et à des intimidations motivées par la haine raciale", peut-on lire dans le communiqué d’Amnesty.

Contacté par infoMigrants,  Sékou, un migrant guinéen en détention depuis  bientôt un an dans le centre de Pabradé, explique sa situation. "Je suis toujours là, enfermé. Le 3 juillet, ça fera douze mois que je survis ici, dans un conteneur",  confie-t-il, sans avoir jamais reçu une seule information sur une possible libération. "On ne nous dit rien, absolument rien. C'est à devenir fou...", regrette-t-il.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Mauritanie : des guinéens arrêtés pour tentative d’entrer illégale à Nouakchott

Published

on

Une dizaine des ressortissants guinéens auraient été arrêtés dans la matinée de ce vendredi 24 juin 2022, au kilomètre 100 sur la route Rosso Nouakchott, alors qu’ils tentaient d’entrer illégalement dans la capitale.   

Selon Sahara Medias qui donne l’information, c’est un chauffeur d’une citerne appartenant à l’une des sociétés de lait qui tentait de faire passer ces migrants, dont des femmes et des enfants.

Ils seraient détenus dans un poste de la gendarmerie mauritanienne.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance