Connect with us

Politique

A l’UFDG, Cellou Dalein Diallo n’acceptera pas les divisions

Published

on

Votre publicité ici

En Guinée, l’opposant Bah Oury est rentré dans son pays natal après quatre ans et demi d’exil. Il avait été condamné à la prison à perpétuité en 2013 suite à la tentative d’assassinat du président Alpha Condé. Le chef de l’Etat guinéen l’a finalement gracié fin décembre 2015. Son retour divise son parti, l’UFDG, principale force d’opposition. Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, réaffirme son leadership et appelle les militants à l’unité et à la tolérance.

RFI : Le vice-président Bah Oury de retour, quelles seront les conséquences pour votre parti, l’UFDG ?

Cellou Dalein Diallo : Nous nous réjouissons d’abord de la décision prise par le président de la République de lui accorder sa grâce. Nous avions à l’époque diffusé un communiqué pour saluer ce décret parce nous sommes convaincus que Mr Bah Oury a été condamné à tort. Nous avons décidé de lui réserver un accueil chaleureux. En tant que président du parti, j’ai demandé à tous les militants de se mobiliser pour le recevoir. C’est un prisonnier qui vient de retrouver sa liberté, il a été absent malgré lui de son pays pendant plus de quatre ans. C’était tout à fait normal que les militants expriment leur joie.

Bah Oury n’exclut pas de « travailler » avec Alpha Condé. Ce discours va à l’encontre de celui de l’UFDG qui juge l’élection du chef de l’Etat illégitime ?

Je pense que Bah Oury sera amené à faire un choix. Soit il s’inscrit dans l’opposition comme son parti, et en ce moment son rôle c’est de dénoncer la mauvaise gouvernance et les dérives dictatoriales de Mr Alpha Condé, soit il veut collaborer avec Alpha Condé. Dans ce cas, il faudra tirer les conséquences.

Bah Oury, devant les militants de l’UFDG, se définit comme l’incarnation de l’unité. Ce à quoi vous répondez : « Je suis le président de l’UFDG »…

Tout en étant aussi et surtout l’incarnation de l’unité. Tous les observateurs savent à quel niveau se trouvait l’UFDG quand j’y suis arrivé. Naturellement, mon premier objectif a été d’implanter le parti dans tout le territoire, dans les 304 communes rurales. Nous sommes devenus un parti national. En six mois, j’en ai fait la première force politique du pays. Et le premier tour de l’élection présidentielle de 2010 l’a éloquemment démontré. Nous avons participé aux élections législatives malgré la fraude massive dont on a été victime et nous avons pu avoir 37 députés sur 113. Ce n’est pas rien.

A l’élection présidentielle de 2015, on s’est battu également et nous avons fait des résultats. Tout le monde a vu la mobilisation suscitée par ma visite dans l’intérieur du pays et à l’occasion de mon retour à Conakry. C’est grâce au travail des équipes que nous avons constituées à notre arrivée à la tête du parti. On ne peut pas dire aujourd’hui que tout le mérite revient à Mr Bah Oury. C’est vrai, il a fait partie du groupe qui a requis l’agrément de l’UFDG mais qui a apporté les militants ? Je suis l’un d’entre eux et sans doute le plus important.

Et pourtant Bah Oury remet en cause votre leadership ?

Nous venons de tenir le congrès il y a six mois. Les 70 fédérations étaient représentées. Mr Bah Oury aurait pu se présenter comme candidat à la présidence. Rien ne l’en empêchait. Il était candidat à sa succession, il a été élu comme vice-président. Au prochain congrès, il pourra préparer sa campagne et se présenter à la présidence du parti, je n’aurais pas d’objection. On sera en compétition dans le respect des règles démocratiques.

Mais pour l’instant, je suis le président du parti. Les rôles sont clairement définis. Les vices-présidents assistent le président et exécutent toutes missions confiées par le président dans leur domaine de compétence. Je vais exercer pleinement mon rôle.

Certains reprochent le manque de démocratie dans les instances décisionnelles de votre parti…

Ce sont des griefs qui ne sont pas fondés. Nous avons des débats. Ce que je n’accepte pas c'est qu’après que le parti ait pris une décision, une autre position soit défendue dans la presse. Il y a des débats parfois rudes entre nous mais une fois que la décision est prise à la majorité, ça devient la décision du parti. Chaque militant, chaque responsable a l’obligation de s’y soumettre, même si cela ne reflète pas son point de vue.

A cet égard, j’ai rassuré les militants. Je n’ai pas répliqué aux attaques de Bah Oury, j’ai appelé au rassemblement, à la tolérance, au pardon, s’il y a des frustrations pour qu’on mesure l’importance des enjeux. L’enjeu, c’est d’abord l’unité et la crédibilité du parti. Il faut un parti avec un seul discours. On ne peut pas avoir le discours du président et du vice-président. Sinon c’est le désordre et je n’accepterai pas le désordre.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Droits de l’homme en Guinée : après les Etats-Unis, Amnesty accable à en son tour le régime d’Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Quelques jours après les Etats-Unis, Amnesty International a accablé le régime du président Alpha Condé. Dans son rapport annuel sur les droits humains publié ce mercredi 7 avril 2021, l’ONG note que des violations graves des droits de l’homme, avec l’assassinat des dizaines de personnes ont été commises en Guinée l’année dernière, dans le contexte de la modification controversée de la Constitution et des résultats contestés de l’élection présidentielle.

Lisez le rapport :

Des violations des droits humains ont été commises dans le contexte d’une modification controversée de la Constitution et des résultats contestés de l’élection présidentielle. Des dizaines de personnes ont été tuées par des membres des forces de défense et de sécurité lors de manifestations, et les auteurs de ces homicides demeuraient impunis. Des membres de partis politiques d’opposition et des militant·e·s en faveur de la démocratie ont été arrêtés et détenus arbitrairement. Le droit à la liberté d’expression et le droit de réunion pacifique ont fait l’objet de restrictions. Le droit à la santé des prisonnières et prisonniers était mis à mal par une surpopulation chronique et des conditions de détention déplorables.

CONTEXTE

À partir du mois de mars, les autorités ont décrété l’état d’urgence pour faire face à la pandémie de COVID-19 et pris des mesures qui restreignaient, entre autres, le droit de circuler librement et le droit à la liberté de réunion. En mars, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), une coalition de partis politiques et d’organisations de la société civile, a été l’instigateur de manifestations de grande ampleur contre un projet de réforme de la Constitution qui devait autoriser le président de la République à briguer un troisième mandat. Il a également appelé à boycotter les élections législatives et le référendum sur la Constitution, qui ont eu lieu le 22 mars. En avril, la Cour constitutionnelle a indiqué que près de 90 % des votant·e·s s’étaient prononcés en faveur de la réforme. Le 24 octobre, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé qu’Alpha Condé avait remporté l’élection présidentielle, bien qu’un autre candidat, Cellou Dalein Diallo, ait déjà revendiqué la victoire.

HOMICIDES ILLÉGAUX

Les forces de défense et de sécurité ont fait usage d’une force excessive contre des manifestant·e·s. Des dizaines de personnes ont été abattues et de nombreuses autres ont été blessées par balle ou touchées par des grenades lacrymogènes. Entre le 21 et le 22 mars, au moins 12 personnes ont été tuées lors de manifestations organisées par le FNDC. Le 12 mai, sept personnes ont trouvé la mort dans des manifestations, dont certaines ont tourné à la violence, dans les villes de Manéah, Coyah et Dubréka (région de Kindia) ainsi qu’à Kamsar (région de Boké). Elles dénonçaient la manière dont les forces de sécurité faisaient appliquer les restrictions de circulation liées à la pandémie de COVID-19. Dans les jours qui ont suivi l’élection présidentielle d’octobre, au moins 16 personnes ont été tuées par les forces de sécurité alors qu’elles protestaient contre les résultats du scrutin. Les forces de défense et de sécurité ont également commis des violences à l’encontre des populations de quartiers de la capitale, Conakry, perçus comme favorables à l’opposition, tuant au moins un habitant de Wanindara le 1 er décembre, sans raison.

Selon les autorités, deux policiers ont été tués à Conakry, le 21 octobre et le 30 novembre respectivement, et trois gendarmes et un soldat ont eux aussi trouvé la mort lors d’une attaque visant un train de la compagnie minière Rusal le 23 octobre, également dans la capitale.

ARRESTATIONS ET DÉTENTIONS ARBITRAIRES

Entre janvier et septembre, plusieurs dizaines de représentant·e·s d’organisations de la société civile et militant·e·s politiques ont été arrêtés arbitrairement pour s’être opposés au référendum, avoir appelé à manifester ou avoir dénoncé des violations des droits humains commises dans le pays. Le 6 mars, la police a arrêté Ibrahima Diallo, dirigeant du FNDC et coordonnateur du mouvement en faveur de la démocratie Tournons la page-Guinée (TLP-Guinée), et Sékou Koundouno, coordonnateur du Balai citoyen, un mouvement citoyen qui promeut la démocratie, à Conakry. Plus tôt dans la journée, ces deux hommes avaient tenu une conférence de presse, notamment pour dénoncer les arrestations arbitraires auxquelles se livraient les forces de sécurité. Ils ont été inculpés, entre autres, d’« outrage à agent », de « violences et voies de fait » et de « production, diffusion et mise à disposition d’autrui de données de nature à troubler l’ordre et la sécurité publics ou à porter atteinte à la dignité humaine ».

Le 15 juillet, la cour d’appel de Conakry, ayant constaté des irrégularités juridiques et procédurales, a décidé de l’abandon des poursuites. Un autre dirigeant du FNDC et membre de TLP-Guinée, Oumar Sylla, a été arrêté le 17 avril à Conakry par la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), après avoir participé à une émission de radio lors de laquelle des membres du FNDC avaient appelé à manifester contre la réforme de la Constitution. Il avait également dénoncé les homicides, les actes de torture, les détentions arbitraires et le harcèlement dont des membres du FNDC avaient été victimes dans la ville de Nzérékoré. Il a été inculpé de « communication et diffusion de fausses informations » et de « violences et menaces de mort ». Il a été libéré le 27 août, un juge ayant décidé de l’abandon des poursuites à son encontre. Cependant, le 29 septembre, il a de nouveau été détenu arbitrairement après que des policiers en civil l’ont arrêté lors d’une manifestation interdite à Matoto, l’une des communes de Conakry. Il se trouvait toujours à la maison centrale de Conakry pour « participation à un attroupement susceptible de troubler l’ordre public ». Le 7 mai, Saïkou Yaya Diallo, conseiller juridique du FNDC, a été arrêté à Conakry après avoir participé à une conférence de presse au cours de laquelle, avec d’autres personnes, il a isolé dans un bureau une femme qui, selon eux, travaillait pour les services de renseignement, aux fins semble-t-il de la protéger des autres participant·e·s. Il a été inculpé de « voies de fait », « violences », « menaces » et « injures publiques » et incarcéré à la maison centrale de Conakry, bien que deux décisions de justice aient ordonné sa libération et son placement sous contrôle judiciaire. Condamné le 16 novembre, il a été remis en liberté le 11 décembre, après avoir purgé sa peine. Le 10 novembre, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn a annoncé que 78 personnes, dont des personnalités de l’opposition, avaient été déférées à la justice dans le contexte des manifestations et violences post-électorales, et inculpées, entre autres, de « détention et fabrication d’armes légères », d’« association de malfaiteurs » et de « propos incitant à la violence ».

TORTURE ET AUTRES MAUVAIS TRAITEMENTS

Ibrahima Sow (62 ans) a été arrêté le 24 octobre, après l’attaque contre le train de la compagnie Rusal (voir Homicides illégaux). D’après les autorités, il a été testé positif au COVID-19 pendant sa détention. Il se serait rétabli mais, après s’être « plaint d’un diabète », il a été hospitalisé et est décédé. Des photos des blessures qui lui ont été infligées en détention incitaient fortement à penser qu’on l’avait brûlé au fer chaud ou au moyen d’un objet similaire.

LIBERTÉ DE RÉUNION ET D’EXPRESSION

Les autorités nationales et locales ont porté atteinte au droit à la liberté de réunion en interdisant, sans motif légitime, au moins sept manifestations contre le référendum sur la réforme de la Constitution et la candidature du président de la République à un troisième mandat. Des manifestations prévues en janvier dans les villes de Kissidougou et de Nzérékoré ont été interdites afin de « préserver la paix ». En mars, des manifestations ont également été frappées d’interdiction à Matoto et à Matam en raison de la visite d’une délégation de la CEDEAO qui devait avoir lieu peu après et des préparatifs de la Journée internationale des droits des femmes. Il en a été de même pour des manifestations qui devaient se dérouler à Matoto pendant la campagne électorale, entre septembre et octobre. Le droit à la liberté d’expression a aussi été restreint. Selon l’ONG Access Now, l’accès aux réseaux sociaux a été perturbé pendant 36 heures au total entre le 21 et le 23 mars. Le 18 octobre, la Haute autorité de la communication a suspendu pour un mois le site d’information Guineematin.com, après que celui-ci eut diffusé en direct le dépouillement des voix dans plusieurs bureaux de vote.

IMPUNITÉ

Bien que les autorités aient promis que tous les homicides de manifestant·e·s feraient l’objet d’une enquête, elles n’avaient pas communiqué d’informations officielles à ce sujet à la fin de l’année. La promesse faite en 2019 par le ministre de la Justice selon laquelle, à l’issue de l’information judiciaire conclue en 2017, le procès des auteurs présumés du massacre perpétré en septembre 2009 au stade de Conakry s’ouvrirait en juin 2020, ne s’était toujours pas concrétisée. Les forces de défense et de sécurité avaient alors tué 157 manifestant·e·s pacifiques dans le stade et violé au moins 100 femmes.

DROIT À LA SANTÉ/ CONDITIONS CARCÉRALES

La santé des personnes détenues était particulièrement menacée depuis le début de la pandémie de COVID-19 en raison de la surpopulation chronique et de l’insuffisance des installations sanitaires et des soins médicaux dans les lieux de détention. Selon les autorités, en mai, 68 des 713 détenu.e.s soumis à un test de dépistage du COVID-19 à la maison centrale de Conakry avaient obtenu un résultat positif. Le ministère de la Justice a déclaré que ces personnes étaient prises en charge dans des unités de soins déployées au sein de la prison. À la prison de Kindia, 30 tests positifs ont été enregistrés parmi les 352 détenu·e·s et les 25 surveillant.e.s que comptait l’établissement. Le ministère de la Justice a indiqué que les 28 détenu·e·s contaminés avaient été envoyés à la maison centrale de Conakry afin d’y être soignés. Il s’agissait de l’établissement pénitentiaire le plus surpeuplé du pays, avec 1 500 détenu·e·s alors qu’il était prévu pour n’en accueillir que 300.

Continue Reading

A LA UNE

Kassory Fofana regrette le départ d’Abdoulaye Yéro Baldé

Published

on

Votre publicité ici

Un peu plus d’une année après la démission d’Abdoulaye Yéro Baldé du gouvernement, le premier ministre a regretté ce 07 avril son départ. Présentant la politique générale de son gouvernement aujourd’hui devant les députés, Ibrahima Kassory Fofana a déclaré que l’ex ministre de l’Enseignement supérieur était l’un de ses meilleurs ministres.

« Un travail important a été fait au niveau de l’Enseignement supérieur par le ministre sortant, Abdoulaye Yéro Baldé, qui était l’un de mes meilleurs ministres. Je regrette son départ », a-t-il déclaré à l’Assemblée nationale.

« La discorde entre nous aura été les économies réalisées dans le secteur. Je lui ai dit que ces économies ne resteront pas entièrement à l’enseignement supérieur, parce que la priorité nationale c’est l’éducation de base, pour que la Guinée améliore son taux global de scolarisation », indique le chef du gouvernement.

Mais contrairement aux explications de Kassory Fofana, la raison du départ de M. Yéro Baldé dans le gouvernement se trouve bien ailleurs. En effet, dans sa lettre démission adressée au chef de l’Etat le 27 février 2020, il avait clairement expliqué que les valeurs pour lesquelles le RPG, le parti au pouvoir dont il est membre depuis 30 ans, a lutté a été relégué au second plan. Il faisait ainsi allusion au changement en perspective de la Constitution ayant permis aujourd’hui à Alpha Condé de s’octroyer « par la force » un troisième mandat.

Au lendemain de sa démission,  le président de la République avait dit regretté son « abandon en pleine période de grave danger pour la démocratie ».

Par Alpha Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Un an après son départ, Mamadou Djouldé Diallo revient à la tête de la SEG

Published

on

Votre publicité ici

Dans un décret lu mardi soir à la télévision nationale, Mamadou Djouldé Diallo, précédemment secrétaire général du ministère de l'hydraulique et de l'assainissement a été  nommé Directeur Général de la société des eaux de Guinée (SEG).

Il remplace Patrick Pépé Lamah qui l’avait succédé il y a un an à ce même poste.

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS

Créez votre site INTERNET 250000FG MOIS
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance