Connect with us

Politique

A l’UFDG, Cellou Dalein Diallo n’acceptera pas les divisions

Published

on

En Guinée, l’opposant Bah Oury est rentré dans son pays natal après quatre ans et demi d’exil. Il avait été condamné à la prison à perpétuité en 2013 suite à la tentative d’assassinat du président Alpha Condé. Le chef de l’Etat guinéen l’a finalement gracié fin décembre 2015. Son retour divise son parti, l’UFDG, principale force d’opposition. Cellou Dalein Diallo, président de l’UFDG, réaffirme son leadership et appelle les militants à l’unité et à la tolérance.

RFI : Le vice-président Bah Oury de retour, quelles seront les conséquences pour votre parti, l’UFDG ?

Cellou Dalein Diallo : Nous nous réjouissons d’abord de la décision prise par le président de la République de lui accorder sa grâce. Nous avions à l’époque diffusé un communiqué pour saluer ce décret parce nous sommes convaincus que Mr Bah Oury a été condamné à tort. Nous avons décidé de lui réserver un accueil chaleureux. En tant que président du parti, j’ai demandé à tous les militants de se mobiliser pour le recevoir. C’est un prisonnier qui vient de retrouver sa liberté, il a été absent malgré lui de son pays pendant plus de quatre ans. C’était tout à fait normal que les militants expriment leur joie.

Bah Oury n’exclut pas de « travailler » avec Alpha Condé. Ce discours va à l’encontre de celui de l’UFDG qui juge l’élection du chef de l’Etat illégitime ?

Je pense que Bah Oury sera amené à faire un choix. Soit il s’inscrit dans l’opposition comme son parti, et en ce moment son rôle c’est de dénoncer la mauvaise gouvernance et les dérives dictatoriales de Mr Alpha Condé, soit il veut collaborer avec Alpha Condé. Dans ce cas, il faudra tirer les conséquences.

Bah Oury, devant les militants de l’UFDG, se définit comme l’incarnation de l’unité. Ce à quoi vous répondez : « Je suis le président de l’UFDG »…

Tout en étant aussi et surtout l’incarnation de l’unité. Tous les observateurs savent à quel niveau se trouvait l’UFDG quand j’y suis arrivé. Naturellement, mon premier objectif a été d’implanter le parti dans tout le territoire, dans les 304 communes rurales. Nous sommes devenus un parti national. En six mois, j’en ai fait la première force politique du pays. Et le premier tour de l’élection présidentielle de 2010 l’a éloquemment démontré. Nous avons participé aux élections législatives malgré la fraude massive dont on a été victime et nous avons pu avoir 37 députés sur 113. Ce n’est pas rien.

A l’élection présidentielle de 2015, on s’est battu également et nous avons fait des résultats. Tout le monde a vu la mobilisation suscitée par ma visite dans l’intérieur du pays et à l’occasion de mon retour à Conakry. C’est grâce au travail des équipes que nous avons constituées à notre arrivée à la tête du parti. On ne peut pas dire aujourd’hui que tout le mérite revient à Mr Bah Oury. C’est vrai, il a fait partie du groupe qui a requis l’agrément de l’UFDG mais qui a apporté les militants ? Je suis l’un d’entre eux et sans doute le plus important.

Et pourtant Bah Oury remet en cause votre leadership ?

Nous venons de tenir le congrès il y a six mois. Les 70 fédérations étaient représentées. Mr Bah Oury aurait pu se présenter comme candidat à la présidence. Rien ne l’en empêchait. Il était candidat à sa succession, il a été élu comme vice-président. Au prochain congrès, il pourra préparer sa campagne et se présenter à la présidence du parti, je n’aurais pas d’objection. On sera en compétition dans le respect des règles démocratiques.

Mais pour l’instant, je suis le président du parti. Les rôles sont clairement définis. Les vices-présidents assistent le président et exécutent toutes missions confiées par le président dans leur domaine de compétence. Je vais exercer pleinement mon rôle.

Certains reprochent le manque de démocratie dans les instances décisionnelles de votre parti…

Ce sont des griefs qui ne sont pas fondés. Nous avons des débats. Ce que je n’accepte pas c'est qu’après que le parti ait pris une décision, une autre position soit défendue dans la presse. Il y a des débats parfois rudes entre nous mais une fois que la décision est prise à la majorité, ça devient la décision du parti. Chaque militant, chaque responsable a l’obligation de s’y soumettre, même si cela ne reflète pas son point de vue.

A cet égard, j’ai rassuré les militants. Je n’ai pas répliqué aux attaques de Bah Oury, j’ai appelé au rassemblement, à la tolérance, au pardon, s’il y a des frustrations pour qu’on mesure l’importance des enjeux. L’enjeu, c’est d’abord l’unité et la crédibilité du parti. Il faut un parti avec un seul discours. On ne peut pas avoir le discours du président et du vice-président. Sinon c’est le désordre et je n’accepterai pas le désordre.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Guinée : réaction caustique du FNDC, après sa « dissolution » par la junte

Published

on

Dans une déclaration, le front national pour la défense de la Constitution a dénoncé « la prétendue décision illégale » de sa « dissolution » par la junte militaire au pouvoir.

Le front rappelle « qu’il n’est ni une organisation ni une association, mais un mouvement citoyen, un élan vers la démocratie, la justice, la liberté et l’état de droit ». Indiquant qu'il est né avant le CNRD et qu'il existera après, le FNDC réitère également son appel à manifester les 14 août en Belgique et 17 août sur toute l’étendue du territoire national, pour "un retour rapide " à l'ordre constitutionnel.

Déclaration :

La prétendue décision illégale, sans fondement et arbitraire, de dissoudre le FNDC témoigne de la volonté de la nébuleuse CNRD de faire de l’intimidation, du harcèlement et donc de la tyrannie les leviers suprêmes de la transition.  Ces pratiques malsaines non seulement relèvent d’une mafia politique, qui en dit long sur l’amateurisme et le banditisme de la junte et ses intendants, mais surtout, elles confirment le recours à la menace, aux techniques de manipulation et les injonctions de suivisme mis à l’œuvre par le CNRD quelques semaines après sa prise de pouvoir.

Le FNDC informe que devant le refus de se plier à l’agenda obscène de la junte, la nébuleuse CNRD, lors d’une rencontre au Palais Mohamed V, le 30 septembre 2021, avait brandi des menaces et intimidé nos responsables.

Le FNDC rappelle aussi que le 03 novembre 2021 et le 17 janvier 2022 qu’il a été très tôt sollicité par le Président du CNRD afin d’adhérer au projet funeste d’éliminer les partis politiques par des manœuvres judiciaires. Loin d’être l’effet de la moralisation de la vie publique, la CRIEF est une opération de nettoyage devant libérer la voie à la pérennisation des militaires au pouvoir.

Ainsi, il fut un temps où le CNRD voulait faire du FNDC un allié objectif pour l’accompagner et légitimer des actions qui allaient dans le sens d’une confiscation du pouvoir.

Maintenant que le sens de la justice et le devoir citoyen ont conduit, le FNDC a refusé ces multiples sollicitations et par conséquent à défendre exclusivement l’intérêt du peuple de Guinée, un gangstérisme d’État, soutenu par le gouvernement et le CNT, vise à discréditer et à éliminer le FNDC.

Le FNDC rappelle qu’il n’est ni une organisation ni une association, mais un mouvement citoyen, un élan vers la démocratie, la justice, la liberté et l’état de droit. Et chaque citoyen et organisation constituée épris des valeurs démocratiques est membre du mouvement. Ce mouvement est né avant la nébuleuse CNRD, ce pouvoir illégitime et illégal, et continuera d’exister après la nébuleuse CNRD, car le peuple de Guinée est prêt, jusqu’au dernier souffle, à défendre sa dignité et revendiquer le droit à une société juste.

Pour renforcer cet élan vers la démocratie et l’état de droit, le FNDC appelle tous les citoyens à une mobilisation internationale et nationale en accompagnant les manifestations du 14 août en Belgique et du 17 août sur toute l’étendue du territoire national. Ne négocions pas notre dignité et le respect de notre humanité. Exigeons pacifiquement et de manière citoyenne le retour rapide à un ordre constitutionnel. Il n’est plus possible de faire l’économie de la lutte pour nos droits et nos libertés. Mobilisons-nous, massivement, pour faire échec à la pérennisation d’un régime militaire en Guinée. Que le bruit des bottes ne nous fasse pas reculer, car nous avons le droit naturel, en tant qu’être humain, de résister à l’oppression.

Dans cette lutte contre l’oppression et la tyrannie, le FNDC lance un appel à tous, aux autorités morales et religieuses, aux intellectuels et écrivains, aux personnes responsables et consciencieuses du CNT et du gouvernement, à tous les citoyens et amis de la Guinée : faisons des prochaines manifestations le point de départ d’un redressement de la transition afin que triomphent la démocratie, la justice et la liberté.

Ensemble unis et solidaires, nous vaincrons.

 

Coordination Nationale du FNDC

Conakry, le 10 aout 2022

Continue Reading

A LA UNE

Maison centrale : Damantang Albert Camara libéré

Published

on

Écroué à la  Maison centrale depuis le mois d'avril dernier, l'ancien ministre Damantang Albert Camara a été libéré ce mercredi 10 août.


Il est poursuivi par la Cour de répression des infractions économiques et financières ( CRIEF) pour détournement.
Il aurait versé une caution d'un milliard GNF pour obtenir sa libération conditionnelle, assortie d'un contrôle judiciaire.
Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Crief: un autre baron du régime d’Alpha Condé poursuivi pour détournement de plusieurs milliards

Published

on

L’ancien Directeur Général de l’office national du tourisme, Laye Junior Condé, et l’ancien chef du service financier, Bachir Diallo, sont accusés de détournement de Quatorze milliards quatre cent quarante-sept millions de francs guinéens (14 447 000 000 GNF).

Les deux se retrouvent dans le collimateur de la Cour de répression des infractions économiques et financières (CRIEF) qui les poursuivent donc pour détournement présumé de deniers publics, mais aussi de faux et usage de faux en écriture publique, enrichissement illicite, corruption et abus d’autorité.

Laye Junior Condé allonge la liste des anciens barons de l’ancien régime d’Alpha Condé  qui sont poursuivis  pour détournement par la Crief. Certains comme l’ex premier ministre Kassory Fofana, Mohamed Diané, Damantang Albert Camara, Amadou Damaro Camara, Oyé Guilavogui…, croupissent en prison à la maison centrale.

Par I. Sylla

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance