Grève des enseignants : des syndicalistes menacés de prison

Alors qu’une grève d’une partie du syndicat des enseignants de Guinée paralyse le pays depuis la semaine dernière, le ministre de la Justice, Cheick Sacko, a promis de traquer les leaders syndicaux qui sont à l’origine du mouvement.

« Je les invite à se rendre car ils finiront par être retrouvés. Pour les 4 déjà arrêtés, ils sont présentement devant le procureur de Kaloum. Treize autres enseignants sont activement recherchés. En tant que ministre de la Justice, aucun crime ne restera impuni même les arrêtés de Boké », a déclaré Me Sacko, lors d’une conférence de presse qu’il a co-animé avec son homologue de l’Education nationale Ibrahima Kalil Konaté et celui de l’Administration du Territoire et de le Décentralisation, Bourema Condé.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Le Gardes des Sceaux guinéen a dans son viseur notamment Aboubacar Soumah et Abdoulaye Portos Diallo, recherchés par les services de sécurité pour avoir organisé une « grève sauvage », selon ses mots.

Ce lundi, un collégien a été tué par balles, tirées par un agent des forces de l’ordre, selon plusieurs témoins, lors d’une manifestation des élèves, qui réclament des enseignants, à Dabompa, dans la commune de Matoto.

La grève se poursuit ce mardi, même si les quatre syndicalistes qui ont été arrêtés, ont été libérés.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About guinee28