« Ousmane Gaoual Diallo a exprimé tout haut ce que beaucoup pensent tout bas »

Etant un des meneurs de toutes les grandes manifestations des forces du changement de 1990 à 2009 (j'étais en prison dans l'affaire du 19 juillet pour toutes celles de 2011 à 2013 ), par devoir moral, je ne vais jamais abandonner le combat pour la défense de la mémoire de tous ces jeunes gens tués à la fleur de l'âge pour avoir cru à l'idéal de démocratie. C'est pourquoi je réagi vigoureusement contre tous ceux qui disent que les opposants envoient les enfants à la boucherie. C'est cynique de prendre les jeunes manifestants pour du bétail livrés aux forces de sécurité transformés en bouchers.

Maintenant, Alpha Condé vient de faire une fois de plus un aveux terrible sans le savoir lorsqu'il a dit : "L'argent n'aime pas le bruit et c'est pendant les périodes de 2011, 2012 et 2013 que l'opposition a choisi de mettre les enfants dans la rue pour les faire tuer afin d'empêcher les investisseurs de venir en Guinée ".
Qui tue les enfants? Ce sont les forces de sécurité qui étaient sous les ordres directs d'Alpha Condé de 2011 à 2015 en tant que ministre de la défense nationale. C'est pourquoi aucun procureur de la République n'a osé ouvrir une enquête judiciaire sur ces tueries, ni n'a reconnu comme recevable les plaintes des victimes.
Alpha Condé fait obstruction à la justice dans l'affaire du 28 septembre 2009 en maintenant dans leurs fonctions des officiers inculpés par les juges d'instruction, en s'opposant au retour du capitaine Moussa Dadis Camara pour se présenter devant les juges ainsi que le général Sekouba Konate tous les deux volontaires pour se défendre même devant la CPI.
Il protège et félicite les tueurs de nos jeunes manifestants. Nous l'avons vu rendre visite à des gendarmes blessés légèrement alors qu'au même moment des civils sont tués et d'autres gravement blessés se trouvaient dans les hôpitaux et cliniques de Conakry, sans qu'il ne daigne leur témoigner la moindre compassion. Ces propos et comportements d'Alpha Condé ne choquent pas certaines bonnes âmes de notre pays, ils s'en prennent plutôt contre ses victimes qui ne doivent surtout pas se plaindre.
Le colonel Issa Camara et ses hommes ont semé la terreur deux jours durant dans la ville de Mali Yemberen en blessant plusieurs personnes, en pillant et incendiant des boutiques. Face à l'hostilité des populations, il a été rappelé à Conakry, mais n'a pas été pour autant limogé par Alpha Condé qui est resté silencieux malgré la gravité des événements. Et depuis un mois des faits, aucun procureur n'a eu le courage de l'entendre après l'ouverture d'une enquête judiciaire.
Par contre, je viens de lire dans la presse que le procureur de la République s'apprête à poursuivre le député Ousmane Gaoual Diallo suite à son discours dénonçant les propos tenus par Alpha Condé et mettant en garde Bantama Sow , Malick Sankhon et Hady Barry. Ça serait prouvé encore que la justice ne sévit que contre les opposants. C'est contre eux qu'on invoque l'autorité de l'Etat. Cette justice est restée silencieuse lorsque des individus ont attaqué la prison civile de Kouroussa pour extraire et lyncher des présumés bandits. Elle est restée indifférente lorsque le tribunal de première instance de Kankan à été saccagé par des mécontents contre un jugement où lorsque deux gendarmes ont été lynchés par des jeunes en colère. A Banankoro des maisons et des motos de militants de l'opposition ont été incendiés et certains ont fuit pour sauver leurs vies lors de la présidentielle de 2015 dans l'indifférence de la justice qui a plutôt été prompte de condamner exclusivement les responsables de l'UFDG dans des affrontements avec ceux du RPG à Koundara.
Faisons très attention à l'injustice. Trop d'injustice risque de mener notre pays à la catastrophe. C'est dans ce conteste qu'il faut prendre le discours de révolte du député Ousmane Gaoual Diallo qui exprime tout haut ce que beaucoup pensent tout bas.
Nous ne pouvons pas parler de réconciliation nationale en mettant en avant nos différentes communautés qui ne se font nullement la guerre, mais nous occultons une douloureuse réalité où ce sont des individus qui se sont emparés du pouvoir qui utilisent tous les moyens de l'Etat, les forces de sécurité et l'appareil judiciaire pour éliminer des adversaires politiques et tous ceux qui contestent leur dictature.
Ils sont libres d'instrumentaliser à leur guise notre justice, mais tôt ou tard, ils n'échapperont pas à la justice internationale. Les cas de Hissene Habre, Charles Taylor, Laurent Gbagbo, Jean Pierre Mbemba, les génocidaires Rwandais sont instructifs à cet égard. Ils ont intérêt à bien se tenir et ne surtout pas se croire intouchables. Leurs puissants soutiens étrangers vont les lâcher le moment venu sans aucun état d'âme comme ils l'ont fait avec tous ceux cités ci-dessus.
Pourquoi tuer des citoyens Guinéens pour avoir simplement manifester contre le pouvoir? Est ce que les articles 141 et 142 de notre Constitution autorisent nos forces de défense et de sécurité à être des bouchers pour tuer comme du bétail les Guinéens? Ils sont grisés par le pouvoir et ne se rendent pas compte qu'il est éphémère et donc inévitablement ils rendront des comptes. Alpha Condé nous dit qu'il connaît bien l'histoire de la Guinée, mais je ne crois pas qu'il en a tiré les bonnes leçons pour avoir la sagesse de diriger le pays dans le stricte respect des lois dans la paix et la sécurité pour tous.

Par Alpha Saliou Wann

About guinee28

One comment

  1. !!!!!!!!?!!!!!?!!!!!!!…..#