Connect with us

A LA UNE

Traite des être humains : 40 trafiquants présumés arrêtés en Afrique de l’Ouest par Interpol

Published

on

Plus de 500 victimes de traite des être humains, dont près de la moitié sont des mineurs, ont été secourus et 40 trafiquants présumés arrêtés lors d'une vaste opération de police dans plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest, a annoncé Interpol jeudi.

L'opération Epervier, menée simultanément au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal entre le 6 et le 10 novembre, a permis l'arrestation de 40 trafiquants présumés qui seront poursuivis pour "traite d'êtres humains", "travail forcé" et "exploitation d'enfants".[rsnippet id="1" name="pub google"]

"Ils sont accusés d'avoir forcé les victimes à s'adonner à des activités allant de la mendicité à la prostitution", explique Interpol sans préciser si la majorité était destinée à rester sur le sol africain ou à partir en Europe.

Ainsi, une Nigériane de 16 ans qui s'était vu promettre un travail au Mali pour pouvoir envoyer de l'argent à sa famille, a été forcée à se prostituer par son "parrain" pour rembourser ses frais de voyage.

Autre exemple cité par Interpol: un jeune de 15 ans destiné au travail forcé était sur le point d'être vendu par des trafiquants, mais "a pû être intercepté avant la fin de la transaction".[rsnippet id="1" name="pub google"]

L'opération Epervier a été conduite dans le cadre du projet Sahel, une initiative financée par le ministère allemand des Affaires étrangères contre les réseaux de crime organisé impliqués dans la traite des êtres humains.

Elle a été coordonnée au niveau régional par des officiers d'Interpol à travers toute l'Afrique de l'Ouest, du Cameroun et du siège de l'organisation à Lyon (France).

"En plus des arrestations, cette opération a permis d'ouvrir un certain nombre d'enquêtes afin de perturber encore davantage les réseaux criminels impliqués dans la traite des êtres humains (...)", a déclaré Yoro Traoré, un inspecteur d'Interpol basé à Bamako.[rsnippet id="1" name="pub google"]

La lutte contre la traite des êtres humains ces dernières années s'est surtout focalisée sur les Africains de l'Ouest - la plupart des migrants sans papiers - qui tentaient d'atteindre l'Europe en traversant la Méditerranée.

Mais les organisations criminelles organisent également des trafics d'êtres humains au sein du continent africain, profitant de la pauvreté généralisée et de la facilité à voyager grâce aux frontières poreuses et à l'existence d'un passeport commun de la communauté régionale ouest-africaine Cédéao.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Source : AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mettons les nerfs au réfrigérateur !

Published

on

Dans mon billet du 27 juin 2022 intitulé «Notre sort en de bonnes mains Cédéaoennes», j’écrivais : «La Cédéao a conseillé la junte de se mettre ensemble avec les forces sociopolitiques. (...)On lui a fait savoir qu’en de tels moments, suivre (cette) voie tracée (...) est une nécessité, sinon le régime court le risque d’être l’auteur de sa propre caricature». Dans le billet suivant titré : « La Cédéao confiée au président Emballo », je notais que le président Embalo et le médiateur Yayi étaient tous « en mission commando ».

J’aimerais dire et écrire à présent que les autorités actuelles n’ont rien à faire gagner la Guinée en restant fermes dans leur position priorisant une transition de trois ans au lieu de deux ans. Il n’est pas patriotique d’être au ban de la Cédéao concernant le retour à un régime civil. Et faire le choix d’engager un bras de fer avec cette institution, utiliser un discours qui traite de «mensonge grossier» les propos de son président dont le seul tort est d’avoir prévenu dans une interview à RFI et France 24 que le pays risquait de «lourdes sanctions si ses autorités maintenaient leur position de garder le pouvoir trois ans avant de céder la place à un régime civil, ou dire à tout va qu’«on n’est pas dans une relation de guignols ou de téléréalité » avec lui, je trouve cela un peu moins diplomatique.

De mon point de vue, la meilleure méthode pour résoudre le différend avec le président Embalo est de mettre les nerfs au frigo à la manière des putschistes Burkinabè. Et signer un contrat de 2 ans avec la Cédéao. J’ai dit.

Par Alpha Abdoulaye, in Le Populaire

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : le FNDC politique exige la libération des détenus d’opinion

Published

on

La branche politique du front national pour la défense de la Constitution a exigé la libération sans conditions des prisonniers d'opinion en Guinée.

Déclaration :

Le FNDC POLITIQUE comprenant l’Union des Forces Républicaines (UFR) et le Mouvement Démocratique Libéral (MoDeL) a appris avec stupéfaction le kidnapping du Président du Parti Nos Valeurs Communes, M. Etienne SOROPOGUI, le samedi 24 septembre 2022, alors qu’il rendait visite à ses sœurs, après avoir participé à une émission radio de grande écoute.

Le FNDC POLITIQUE désapprouve totalement cette nouvelle interpellation extrajudiciaire après celles du Secrétaire Exécutif de l’UFR, Hon Saikou Yaya BARRY et de deux hauts responsables  du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) dont le Coordinateur National, Oumar SYLLA alias Foniké Manguè et Ibrahima DIALLO, chargé des Opérations.

Le FNDC POLITIQUE exige la libération sans conditions des prisonniers d’opinion et condamne avec la dernière énergie toutes les tentatives de musèlement des partisans de la démocratie ainsi que l’instrumentalisation à outrance de la justice à des fins politiques.

Conakry, le 25 septembre 2022

FNDC POLITIQUE

 

 

 

Continue Reading

A LA UNE

Koundara : brève interpellation d’Abdoulaye Bah

Published

on

L’ancien président de la délégation spéciale de Kindia et membre de l’UFDG, Abdoulaye Bah, a été interpellé dimanche 25 septembre, à Koundara alors qu’il partait à Dakar au Sénégal pour accompagner son père malade.

Arrivé à la frontière avec un laissez-passer qui serait délivré par la police de Kindia alors que pour sortir du territoire national, ce document doit être délivré par la douane, il a été arrêté.

Mais après plusieurs heures de tractation, il a été finalement autorisé à continuer son voyage vers Dakar.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance