Connect with us

A LA UNE

Sida : Sekou Camara contaminait volontairement ses partenaires

Published

on

Votre publicité ici

Un homme de 42 ans comparaît ce lundi aux assises pour avoir volontairement transmis le VIH. Trois de ses victimes ont porté plainte.

Il leur disait que l'amour n'est rien sans la confiance. Parfois, aussi, il faisait mine d'enfiler un préservatif, qu'il laissait au dernier moment sur la table de chevet. Et quand ses partenaires devenaient trop soupçonneuses, il allait jusqu'à exhiber un faux document attestant qu'il n'était pas malade... Sekou Camara, un Ivoirien de 42 ans, est jugé à partir de ce lundi par la cour d'assises des Deux-Sèvres pour avoir volontairement transmis le sida à trois femmes — ex-compagnes ou conquête d'un soir — alors qu'il se savait porteur du virus. Des faits criminels passibles de quinze ans de réclusion qui remontent, pour certains, à 2003.[rsnippet id="1" name="pub google"]

L'homme, qui vit alors à Niort, est un séducteur impénitent, déjà père de quatre enfants qu'il a laissés derrière lui, en Côte d'Ivoire ou en région parisienne. C'est à cette même époque — son dernier-né est lui-même séropositif — qu'il apprend qu'il est porteur du VIH.

Sekou Camara continue pourtant de passer de lit en lit sans se soucier des conséquences, insistant auprès de ses partenaires pour avoir des relations sexuelles non protégées. Un comportement jugé « irresponsable » par Me Lee Takhedmit, avocat des parties civiles, qui justifie aussi que la justice ait retenu la circonstance aggravante de préméditation. « Il ne s'agit pas d'accidents, insiste le pénaliste, mais d'une attitude dangereuse réitérée à maintes reprises en culpabilisant ses partenaires et en leur mentant ! »[rsnippet id="1" name="pub google"]

«Il a joué à la roulette russe»

A Niort, des rumeurs sur l'état de santé de Sekou Camara avaient bien fini par faire leur apparition. Mais, grâce à ce faux test — il nie avoir demandé à un ami de faire les examens à sa place et parle d'un (vrai) test de dermatologie... — Sekou Camara a pu poursuivre ses agissements plusieurs années.

Honteuses d'avoir été bernées, effrayées de ne pas être crues, ses premières victimes se sont tues. Mais en 2009, une plainte est déposée. L'instruction démontrera qu'en tout, sept femmes ont été infectées à son contact, une dernière étant miraculeusement épargnée.[rsnippet id="1" name="pub google"]

« Il a joué à la roulette russe, tacle Me Takhedmit : il a atteint sept fois la cible. Heureusement, la huitième fois, le barillet était vide. » La plupart de ces femmes ont toutefois renoncé à entamer ce combat judiciaire. L'une d'elles est d'ailleurs toujours sa compagne...

«Il a fichu ma vie en l'air»

« Il a conscience d'avoir été imprudent, naïf, voire inconscient, mais on est loin du pervers manipulateur », plaide M e Patricia Coutand, avocate de l'accusé, qui, en dépit d'analyses biologiques poussées, conteste au moins l'une de ces contaminations. Par ailleurs, l'homme, qui avait pourtant été reçu en entretien par un médecin spécialiste dès 2003, assure avoir mal compris : il pensait que la technique dite du retrait suffisait à éviter tout risque de transmission...[rsnippet id="1" name="pub google"]

Les parties civiles, « qui lui en veulent légitimement, ne sont pourtant pas dans une démarche de vengeance », précise M e Takhedmit, admiratif de leur courage et de leur hauteur de vue. « Grâce à une prise en charge précoce et aux progrès des traitements, elles ont une charge virale faible, qui leur permet d'avoir une santé relativement stable. Mais l'impact psychologique, lui, est énorme ! Ce n'est pas anodin, notamment sur le plan intime et celui de la vie quotidienne. Elles doivent être traitées à vie, bataillent pour obtenir le moindre prêt bancaire et vivent avec la stigmatisation qui reste attachée au VIH. L'autre jour, l'une d'elles m'a dit : Il a fichu ma vie en l'air... » Le verdict est attendu mercredi dans la soirée.[rsnippet id="1" name="pub google"]

Source : leparisien.fr

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Djene Kaba, épouse d’Alpha Condé : « je serai parmi vous dès que mon état de santé le permettra »

Published

on

Votre publicité ici

Toujours hors du pays, l’ex première dame  a salué le transfert de son mari, le président déchu Alpha Condé à sa résidence, située à Landreah, dans la commune de Dixinn.

Dans un post sur page facebook, Djene Kaba a indiqué que « ramener mon époux le Professeur Alpha Condé à la maison et assurer sa sécurité en lui garantissant un traitement digne de son rang est un acte qui m’apaise à plus d’un titre, rassure la famille et tout le peuple de Guinée ».

« Comme vous le savez, je tiens plus que tout à la paix et à la quiétude nationale; alors mon souhait serait que les filles et fils de Guinée se donnent la main pour construire et façonner notre pays, qui a tous les atouts pour amorcer un développement harmonieux et durable. Femmes et jeunes de Guinée, je serai parmi vous très bientôt, dès que mon état de santé le permettra », ajoute-t-elle, mettant donc un terme aux rumeurs de son retour hier à Conakry.

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Transfert d’Alpha Condé à Landreah : le gouvernement se justifie

Published

on

Votre publicité ici

Qu’est-ce qui a motivé le transfert de l’ex-président Alpha Condé à la résidence de son épouse Djené Condé, située à Landreah, dans la commune de Dixinn ? Alors qu’à Conakry chacun y va avec son commentaire, le porte-parole du gouvernement de transition a donné ce mardi 30 novembre 2021 les raisons.

S’exprimant chez nos confrères de FIM FM, Ousmane Gaoual Diallo a expliqué que cette décision  entre dans la cadre de la volonté de la junte à faire de la justice la boussole de sa gouvernance.

« Le CNRD, lorsqu’il a pris le pouvoir, a indiqué clairement que la justice serait la boussole de la gouvernance. Et donc, il ne peut pas déclarer cela comme un principe de gouvernance et faire le contraire (…). Donc, c’est dans ce cadre que la décision a été prise », a expliqué l’ancien prisonnier du président déchu, devenu ministre de l’Urbanisme, de l'Habitat et de l’Aménagement du Territoire.

« Là où il était, les gens ont estimé qu’il était emprisonné. Maintenant, on le ramène dans sa famille où on lui donne une sécurité nécessaire due à son statut »,  souligne-t-il, révélant que « par le passé, il y a eu des responsables du RPG (l’ancien parti au pouvoir, ndlr) qui ont voulu le rencontrer, il a dit non, qu’il ne veut pas les rencontrer ». Est-ce qu’Alpha Condé les a mandatés pour parler à son nom ? S’interroge-t-il, ajoutant qu’il fallait s’assurer que « ces refus de les rencontrer viennent de lui et pas des autorités ».

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Alpha Condé vit désormais dans une maison familiale

Published

on

Votre publicité ici

La junte guinéenne a annoncé lundi le transfert de l'ancien président Alpha Condé, renversé le 5 septembre par les militaires et détenu au secret depuis, chez son épouse dans la banlieue de Conakry.

M. Condé, 83 ans, à la tête du pays pendant près de 11 ans, réside désormais au domicile de son épouse Hadja Djénè Kaba Condé à Dixinn, a dit la junte dans un communiqué lu à la télévision nationale.

La junte n'a pas précisé pas si le séjour de M. Condé chez sa femme était assorti de restrictions de la part des militaires.

Le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD), la junte qui a pris la direction du pays après le putsch, "continuera à assurer à l’ancien chef de l’Etat un traitement digne de son rang, et ceci sans aucune pression nationale et internationale", dit le communiqué.

La libération de M. Condé fait partie des exigences de la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao), avec la tenue d'élections dans un délai de six mois. La Cédéao a suspendu la Guinée de ses instances et sanctionné individuellement les membres de la junte.

Le chef de la junte, le colonel Mamady Doumbouya, qui s'est fait investir président de transition le 1er octobre, s'est engagé à rendre le pouvoir à des civils après des élections, mais a refusé jusqu'alors tout délai imparti à la transition.

Dans un entretien diffusé par la télévision nationale mi-novembre, il a assuré que l'intégrité physique et morale de M. Condé était protégée. Il n'a pas exclu que M. Condé soit jugé.

AFP

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance