Connect with us

Afrique

Migrants : un potentiel accord avec la Libye au menu du sommet européen de Malte

Published

on

Le sommet européen de Malte, qui se tient à La Valette ce vendredi 3 février, sera en partie consacré aux questions migratoires. Les chefs d’État de l’Union européenne devront décider de la politique à suivre avec la Libye, devenue le principal point de départ des migrants.

2016 aura été une année noire en mer Méditerranée. Sur 181 000 personnes ayant tenté la traversée, au moins 4 500 seraient mortes noyées. L’accord passé le 18 mars 2016 entre la Turquie et l’Union européenne n’a pas enrayé l’hécatombe. Le flot de migrants s’est simplement déplacé des abords de la mer Egée aux côtes libyennes.

La question migratoire sera donc au cœur des discussions entre les dirigeants européens lors du sommet de Malte prévu vendredi 3 février.

La Commission européenne a déjà proposé, le 25 janvier, une série de mesures présentées comme « une contribution aux discussions (du sommet de Malte) relatives à la façon de mieux gérer la migration et de sauver des vies ». Parmi ces propositions : un soutien renforcé aux gardes-côtes libyens et une rallonge de l’aide financière − jusqu’à 200 millions d’euros −, alloués par les États membres au Gouvernement d’union nationale dirigé par Fayez al Sarraj.

Rééditer l’accord entre l’UE et la Turquie ?

Pour sa part, l’Italie, qui se situe à seulement 300 km des côtes libyennes et s’estime délaissée par ses partenaires européens dans la gestion de la crise des réfugiés, a annoncé le 1er février la création d’un « fonds Afrique » doté de 200 millions d’euros et destiné à enrayer l’immigration clandestine africaine. Ses principaux bénéficiaires seront la Libye, le Niger et la Tunisie, qui sont aujourd’hui figure de principaux points de départ des migrants.

D’autres dirigeants européens estiment cette politique insuffisante et prônent la signature d’un accord avec la Libye semblable à celui passé entre l’Union européenne et la Turquie. Cela signifierait pour l’UE renvoyer les migrants en Libye, laquelle les garderait sur son territoire en échange d’une compensation financière.

Le Premier ministre maltais, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne déclarait en tout cas il y a peu au Parlement de Strasbourg : « Si on ne réédite pas un compromis à la turque pour la Méditerranée centrale, nous assisterons au retour de la crise migratoire. »

Des conditions de vie similaires à ceux « d’un camp de concentration »

Des déclarations jugées inacceptables par certaines ONG, qui soulignent l’absence de l’état de droit en Libye (plusieurs entités politiques se disputent actuellement le pouvoir en Libye) et les nombreuses exactions qui y sont commises envers les migrants.

« Les dirigeants de l’UE ont beau aspirer à voir la Libye devenir un pays stable, sûr, gouverné par l’état de droit et capable de contrôler ses frontières de manière respectueuse des droits humains, pour l’instant, le droit d’asile y est non existant et la situation des migrants est un affront aux principes fondamentaux de l’humanité », juge dans un communiqué Judith Sunderland, une des responsables de l’ONG Human Rights Watch.

D’après un rapport publié en décembre 2016 par le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme, les cas de torture, exécutions, esclavage et viols seraient monnaie courante dans les centres de détention pour migrants tenus par le Département libyen de lutte contre l’immigration clandestine, la DCIM.

Sur une base quotidienne, il y a d’innombrables cas d’exécutions de migrants en Libye

Dans un mémo diplomatique, l’ambassadeur allemand au Niger compare pour sa part les conditions de vie des migrants et des réfugiés en Libye à celles « d’un camp de concentration ». « Sur une base quotidienne, il y a d’innombrables cas d’exécutions de migrants, de tortures, de viols, de corruption et de bannissements dans le désert », souligne ce mémo qui a fuité dans la presse il y a peu.

Sa publication a fait réagir la chancelière allemande Angela Merkel  dans son podcast vidéo hebdomadaire, où elle déclare qu’il ne sera possible d’envisager le renvoi des migrants vers la Libye « que lorsque le gouvernement d’union y sera vraiment un gouvernement d’union, qu’il aura repris le contrôle de l’intégralité de son territoire et quand on pourra y parler de respect des droits de l’Homme. »

Jeune Afrique

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

L’exception sénégalaise ! (Par Tierno Monénembo)

Published

on

Macky Sall, à son tour,  succombera-t-il à la funeste tentation du troisième mandat, comme on lui en prête l’intention ou son échec relatif aux législatives finira-t-il par l’en dissuader ? Le proche avenir le dira.

S’il s’en va à la fin de son mandat, nous pousserons tous un grand ouf de soulagement. Sinon, cela ne nous inquiétera pas outre mesure car son coup de force institutionnel n’aurait aucune chance de passer. Nous sommes au Sénégal, le pays du lettré Senghor. Dans cette société tout en subtilités et en nuances, les différences ne sont pas conflictuelles et les contradictions, pas forcément mortelles. C’est un corps sain, disposant des anticorps qu’il faut pour résister aux virus qui empoisonnent la vie politique de ses voisins : coup d’Etat, troisième mandat, parti unique, guerre de clan ou de religion.

 

Non, l’exception sénégalaise n’est pas une fiction. François Hollande se voulait un « président normal », eh bien, le Sénégal peut  être traité de « pays normal », c’est-à-dire d’une terre à la  singularité presque miraculeuse dans le sordide contexte que l’on sait. C’est vrai que les trains n’y arrivent pas à l’heure, puisqu’ils sont souvent en panne quand ils existent. C’est vrai que les éboueurs ne passent pas tout le temps mais les facteurs sont à l’œuvre, le courrier arrive à destination. C’est vrai que parfois, le débat politique s’enflamme et les grèves deviennent dures mais dans l’ensemble, la courtoisie régnant partout -même chez les flics !-,  le climat social est agréable.

 

Si l’Etat sénégalais n’est pas parfait, il a au moins le mérite d’exister. Ici, contrairement à la Guinée par exemple, on a le sens de l’institution et le respect de la procédure. Le formalisme, le principe de base de l’Etat est la règle, ce qui fait qu’en toute circonstance, l’administration assure le service minimum. Rien d’étonnant à cela : ce pays n’a jamais connu de dirigeant catastrophique. S’ils n’ont pas réalisé des prouesses économiques, tous ceux qui se sont succédé à sa tête ont veillé à favoriser l’instruction, à respecter la vie humaine, à préserver la trame sociale et à protéger les élites.

 

Le Sénégal est sans doute, le pays le moins réprimé d’Afrique.  Cela donne cette société intelligente où les forces vives sont intactes physiquement aussi bien que mentalement. En cas de danger, les prêtres, les marabouts, les écrivains, les médecins, les avocats ont le réflexe de tous sortir du bois pour éviter la dérive. Le pays de Birago Diop et de Cheikh Hamidou Kane ne tombe jamais dans le fossé, il tient la route malgré les énormes défis économiques et sociaux qui jonchent son chemin.

 

Voilà ce que Senghor avait répondu à Ahmadou Ahidjo quand celui-ci lui avait confié son intention de quitter, à son instar, volontairement le pouvoir et de le céder à Paul Biya : « Faites attention, Monsieur Le Président. Le Cameroun, ce n’est pas le Sénégal. »  La Guinée, non plus n’est pas le Sénégal, est-on tenté d’ajouter. Impossible d’imaginer un troisième mandat suivi d’un coup d’Etat militaire, à Dakar ! Dans un pays où les Généraux quand ils ne sont pas philosophes, sont juristes ou  historiens, à 20 comme à 67 ans, nul ne peut commencer une carrière de dictateur.

Tierno Monénembo, in Le Point

Continue Reading

A LA UNE

Sierra Leone : deux policiers tués lors de manifestations contre la vie chère

Published

on

Des manifestations contre la vie chère en Sierra Leone ont tourné à l'émeute à Freetown, mercredi 10 août. Deux policiers "ont été frappés à mort par les manifestants", dans le quartier de Kissy situé à l'est de la capitale, a déclaré à l'AFP le porte-parole de la police Brima Kamara. Un couvre-feu de 15 heures à 6 heures (locales) a été annoncé par le vice-président du pays, Mohamed Juldeh Jalloh, qui a confirmé la mort de "Sierra-Léonais innocents, dont des membres des forces de sécurité".

Dans le quartier de Kissy, des dizaines de jeunes manifestants ont lancé des pierres et des bâtons sur les forces de sécurité, qui ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes. Certains d'entre eux ont appelé au départ du président, scandant "Bio doit partir", en référence au président Julius Maada Bio, au pouvoir depuis 2018. Il se trouve actuellement au Royaume-Uni en visite privée.

Une initiative "pacifique" qui a tourné à l'émeute

L'initiative de la manifestation est venue d'un groupe de femmes commerçantes, The Grassroots Women of Salone, qui a convoqué un "rassemblement pacifique" pour "attirer l'attention sur les difficultés économiques et les nombreux problèmes qui affectent les femmes de la Sierra Leone", selon une lettre adressée à l'inspecteur général de la police et consultée par l'AFP.

"Certains Sierra-Léonais égoïstes ont intensifié l'appel à la violence et au renversement par la force du gouvernement légitime", a déclaré le vice-président à la télévision d'Etat. "Ces individus sans scrupules se sont lancés dans une manifestation violente et non autorisée, qui a entraîné la mort de Sierra-Léonais innocents, dont des membres des forces de sécurité", a-t-il ajouté.

AFP

Continue Reading

A LA UNE

Guinée. Amnesty dénonce de nouvelles atteintes aux libertés d’expression et d’association

Published

on

La dissolution du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) et la convocation d’un journaliste dans un camp militaire montrent que les autorités guinéennes portent atteintes aux libertés d’expression et d’association, dénonce Amnesty International.

Habibatou Gologo, Directrice adjointe du bureau d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, a déclaré : « Les autorités de la transition guinéenne ont décidé, le lundi 08 août, de dissoudre le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) qu’elles qualifient de « mouvement de fait » et l’accusent de s’être « toujours illustré par la voie de la violence sur les personnes, la dégradation et la destruction des biens publics et privés, des actes d’incitations à la haine […] »

Amnesty International est surpris par ces accusations car elle a toujours suivi et documenté les récentes manifestations du FNDC qui étaient de nature pacifique. Elle note toutefois l’usage excessif de la force et de la répression lors de ces manifestations.

« Cette dissolution du FNDC est une grave atteinte aux libertés d’association et de réunion pacifique reconnues par la Constitution guinéenne. Le rôle du FNDC a été déterminant dans la promotion et l’avancement des droits humains en Guinée. Amnesty International appelle les autorités à rétablir le FNDC et à garantir la liberté d’expression et d’association qui sont des droits consacrés par des conventions et traités internationaux relatifs aux droits humains que la Guinée a ratifiés, ainsi que par la Charte de la transition.

« Cette décision vient au moment où Mohamed Bangoura, directeur de publication du site d’information « Mosaïque » a été sommé le week-end dernier de se présenter dans les locaux de la direction du renseignement militaire de l’Etat Major des armées suite à la publication d’un article qui incriminait l’armée dans la disparition d’un camion contenant du médicament antalgique dans un camp. Au même moment, un autre journaliste Mamoudou Boulère Diallo d’Espace TV a été physiquement agressé par une équipe militaire. Ces agissements constituent une régression de la liberté de presse et d’expression.

« Amnesty International appelle les autorités guinéennes à mettre immédiatement un terme aux restrictions disproportionnées des droits à la liberté d’expression et à la liberté d’association et à respecter le droit de la population et de la société civile guinéennes d’exprimer librement leurs opinions, y compris dans les médias. »

Guinee28

 

 

 

 

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance