Connect with us

Politique

Le soldat Dadis abdique « Je ne voudrais plus forcer » mon retour

Published

on

Après l’échec de ses deux tentatives de retour en Guinée, l’ex chef de la junte, Moussa Dadis Camara, a déclaré qu’il ne voudra « plus forcer » son retour à Conakry.

Invité de la BBC, Dadis Camara, a accusés les autorités guinéennes de lui interdire de rentrer en Guinée. Selon lui, l’avion qui le transportait a été dérouté mercredi vers Accra sur ordre de Conakry. Une accusation que le président Alpha Condé a démenti, dans une conférence de presse ce jeudi, en arguant que la Côte d’Ivoire est un Etat souverain.

Va-t-il retenter de rentrer en Guinée?

« Je ne voudrais plus forcer » a-t-il répondu, dans un ton amoindri.

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

Manifestation : la classe politique va défier la junte

Published

on

La classe politique ne pliera pas face à la décision de la junte interdisant les manifestations politiques jusqu’aux périodes de campagnes électorales. A l’issue d’une réunion tenue ce mercredi, 18 mai 2022, au siège de l’UFR, elle a annoncé dans une déclaration, avoir décidé de la mise en place d’une commission technique pour l’organisation matérielle des futures manifestations pacifiques.

Lisez :

DECLARATION N°005 DU G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES

Les partis politiques du G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES se sont réunis, ce mercredi 18 mai 2022, au siège de l’UFR, dans un contexte de dysfonctionnement aggravé de la transition traduit par la violation flagrante et manifeste des dispositions de la Charte de la Transition par le CNRD, le CNT et le Gouvernement.

Il est fréquent de constater, que la Charte, socle de la Transition, est systématiquement violée à chaque fois que l’une de ses dispositions est en contradiction avec la volonté du CNRD de confisquer le pouvoir. C’est ainsi que le Président de la Transition a fixé unilatéralement la durée de la Transition alors que l’article 77 de la Charte prévoit « que cette durée sera fixée de commun accord entre les FORCES VIVES de la Nation et le CNRD ».

L’autoritarisme dont fait preuve le Président de la Transition en fixant la durée de la Transition de manière unilatérale est fortement désapprouvé par la population et  a davantage attisé les tensions dans le pays. C’est pourquoi, le CNRD a publié des communiqués, en date des 13 et 15 mai 2022, interdisant les manifestations dans tout le pays. Or, le droit de manifester est un droit inaliénable, inscrit dans la Charte de la Transition en ses articles 8, 33 et 74. Il est également prévu dans les traités sous régionaux et internationaux auxquels la République de Guinée est partie.

Par ailleurs, le manque de discernement et la violation des droits dans les opérations relatives à la récupération des biens publics et privés ou à la lutte contre la corruption interpellent et interrogent quant aux véritables intentions du CNRD. Pour davantage crédibiliser leurs actions, les guinéens attendaient des autorités actuelles qu’elles déclarent leurs biens à leur entrée en fonction, conformément aux lois nationales en vigueur. La publication de la liste nominative des membres du CNRD non seulement faciliterait considérablement la relation du CNRD avec ses partenaires nationaux et internationaux mais aussi et surtout conférera plus de crédibilité à ses actions. De même, elle offrira une visibilité sur ceux qui sont concernés par l’inéligibilité mentionnée dans la Charte.

Au regard de ce qui précède, le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES :

Condamnent avec force, les violations récurrentes de la Charte dont le strict respect engage le présent et l’avenir du pays ;

Dénoncent et rejettent l’autoritarisme du Président de la Transition et rappellent que la force de la Charte s’impose à toute autorité ;

Condamnent le manque de responsabilité du CNRD et du CNT et leurs conséquences sur la fragilisation de la Transition ;

Désapprouvent avec la plus grande fermeté les communiqués du CNRD interdisant toute forme de manifestation sur le territoire national ;

Affirment leur détermination à défendre l’État de droit et en l’occurrence le droit de manifester qui est une des libertés d’expression chèrement acquise par le peuple de Guinée dans son combat pour la démocratie dans notre pays.

Le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES alertent, une fois de plus, le CNRD sur le danger de la fuite en avant et sur la nécessité d’un dialogue inclusif avec la classe politique, ouvert à la société civile et aux Partenaires techniques et financiers et ce, sous médiation de la CEDEAO, de l’UA ou de l’ONU.

Le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES estiment qu’il n’y a pas d’alternative à cet appel au dialogue de la classe politique qui représente plus de 95% des suffrages des guinéens, toute élection confondue, durant les dix (10) dernières années.

Le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES réaffirment leur engagement pour une transition apaisée et consensuelle propice au retour rapide à l’ordre constitutionnel dans un délai raisonnable, et prennent à témoin l’opinion nationale et internationale quant aux risques que fait peser le CNRD sur la paix sociale en refusant obstinément tout dialogue sincère et constructif.

Face à cette situation, le CNRD sera le seul responsable de la dégradation du climat et de la paix sociale que pourrait connaître notre pays dans les jours à venir.

Le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES lancent un appel pressant à l’ensemble de nos compatriotes vivant aussi bien en Guinée qu’à l’étranger à se mobiliser fortement pour défendre nos acquis démocratiques pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Pour ce faire, il a été décidé de la mise en place d’une commission technique pour l’organisation matérielle des futures manifestations pacifiques.

Conakry, le 18 mai 2022

Le G58, RPG ARC EN CIEL et ALLIES

Vive la République de Guinée !

 

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : Amnesty dénonce une décision de la junte

Published

on

Amnesty International a dénoncé la décision de la junte guinéenne, interdisant les manifestations politiques jusqu’aux périodes de campagnes électorales. Pour l’ONG, par cette décision, les autorités de la transition perpétuent ‘’la violation du droit de réunion pacifique fréquemment commise sous le régime du président déchu Alpha Condé.

« Par cette décision les autorités de la transition perpétuent la violation du droit de réunion pacifique fréquemment commise sous la présidence d’Alpha Condé qu’elles ont renversé le 5 septembre 2021. Elles en font même une règle destinée à être appliquée possiblement pendant plusieurs années et pour des motifs vagues, en violation du droit international, sachant qu’aucun chronogramme officiel quant à la tenue des prochaines élections n’a jusqu’à présent été présenté aux Guinéens », a dénoncé Samira Daoud, Directrice Régionale du bureau d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre International.

« Le droit à la liberté de réunion pacifique est protégé par l’article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, et par l’article 11 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples. Cette décision contrevient également à la charte de la transition voulue par le CNRD et signée le 27 septembre 2021 par le chef de l’Etat, dont l’article 34 stipule que « les libertés d’association, de réunion, de presse et de publication sont garanties », rappelle-t-elle.

Poursuivant, elle indiqué que les nouvelles autorités « doivent rétablir sans délai le droit à la liberté de réunion pacifique, et s’assurer que les forces de l’ordre respectent et facilitent la possibilité pour toutes les personnes en Guinée de s’exprimer et de manifester de manière pacifique, y compris en amont et durant les périodes électorales.»

Par I. Sylla

Continue Reading

A LA UNE

Durée de la transition en Guinée : désaccord entre la Cedeao et la junte

Published

on

Le délai de transition fixé en Guinée est en total désaccord avec les dirigeants de la CEDEAO qui préconisent un délai beaucoup plus court. Pour l’institution sous régional le rôle de la transition c’est de préparer des élections transparentes et crédibles et non de faire toutes les réformes.

La CEDEAO est contre le délai de transition fixé en Guinée. L’institution sous régionale estime que ce délai est beaucoup trop long pour un retour à la normale. Le Conseil national de la transition a voté pour une période de durabilité 3 ans de transition. Une décision qui ne reçoit pas l’adhésion de la CEDEAO.

“Les meilleures transitions, c’est les transitions les plus courtes possibles. Une transition qui est issue d’un coup d’Etat militaire, ce n’est pas un mandat électif. Dans notre région vous avez des chefs d’Etats qui sont élus pour cinq ans. Un coup d’Etat militaire qui s’apparente à un mandat électif, ça pose un problème”, a déclaré Jean-Claude Kassi BROU, Président de la commission de la CEDEAO

Les autorités transitaires de Guinée disent avoir pris cette décision après avoir consulté toutes les forces vives de la nation. Elles disent vouloir restaurer une stabilité politique et sociale avant de remettre le pouvoir. Certains partis de l’opposition ont de leur côté indiqué qu’ils ne sont pas d’accord avec le délai de transition fixé

“Une transition n’est pas là pour faire toutes les réformes. Il s’agit pour une transition de faire en sorte qu’on ait une élection crédible. Qui soit une élection acceptée par toutes les parties pour qu’il y ait consensus et la paix; c’est ça l’objectif principal d’une transition. Mais une transition n’a pas de légitimité pour faire des réformes qui doivent être faites par un gouvernement issu du peuple”, souligne M.BROU.

La CEDEAO a suspendu la Guinée de toutes ses instances de décision. L’institution sous régionale a « exigé le respect de l’intégrité physique du président Alpha Condé » ainsi que la libération de toutes les personnes interpellées et réclament, « très rapidement », un retour à l’ordre constitutionnel.

Avec Africa24

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Téléphone: +224 624 24 93 98/+224 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance