Connect with us

Société & Faits Divers

Guinée: liberté provisoire pour un rappeur accusé d’un viol diffusé sur les réseaux sociaux

Published

on

Votre publicité ici

Un jeune rappeur guinéen soupçonné d'un viol dont les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux, en détention depuis novembre, a été remis en liberté provisoire pour raisons médicales, a-t-on appris mercredi de sources concordantes.

Tamsir Touré, 17 ans, avait été arrêté en Côte d'Ivoire où il avait fui après la diffusion en octobre de la vidéo montrant ce qui était apparemment le viol d'une jeune fille sous la menace d'un couteau, des images qui avaient provoqué le mois suivant une manifestation de femmes dans la capitale guinéenne contre l'impunité des auteurs de violences sexuelles.

Rapatrié, il avait été incarcéré à Conakry. Sa défense a présenté le 2 août une demande de remise en liberté provisoire pour raisons de santé devant le tribunal pour enfants "parce que Tamsir est né le 2 février 1999, donc il est encore mineur", a indiqué à l'AFP son avocat, David Béavogui.

Auparavant, "notre client avait bénéficié de deux ordonnances de placement en milieu hospitalier", mais compte tenu de son état de santé et de ses conditions d'hospitalisation, le juge lui a accordé la semaine dernière la liberté provisoire sous contrôle judiciaire, a précisé Me Béavogui.

Le juge a pris en compte les conventions "ratifiées par la Guinée relatives aux droits de l'enfant, le droit à la vie, le droit à la santé et le droit à la survie", a souligné l'avocat, se refusant à révéler de quoi souffrait son client, actuellement admis à l'hôpital Ignace Deen de Conakry, selon lui.

Asmaou Barry, du collectif d'ONG "Touche pas à ma soeur", initiateur de la manifestation du 4 novembre, s'est dite déçue.

"Bien avant cette liberté provisoire, nous avions des informations selon lesquelles Tamsir n'était pas un prisonnier comme les autres", a-t-elle déclaré à l'AFP, évoquant sa participation à des productions musicales ou sa page Facebook le montrant selon elle "dans des lieux huppés ou luxueux qui n'ont rien à voir avec un milieu carcéral".

"Maintenant, ils ont mis les formes" avec cette décision judiciaire, a-t-elle estimé.

"Nous sommes en concertation, nous ferons une déclaration ou une lettre ouverte adressée au ministre de la Justice parce qu'il a pris des engagements quand nous lui avons remis notre mémorandum" lors de la manifestation, a-t-elle rappelé.

"Aucune plainte ne sera classée sans suite quand ça touche les problèmes de viol ou de violences", avait assuré le ministre, Cheick Sako, promettant la "tolérance zéro en ce qui concerne les violences faites aux femmes".

Le ministre des droits de l'Homme et des Libertés publiques, Khalifa Gassama Diaby, avait pour sa part relevé "un nombre croissant de viols", déplorant que de tels actes "n'indignent pas la société guinéenne".

La vidéo "a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase" après une recrudescence des viols et agressions sexuelles, avait expliqué en novembre Asmaou Barry.

Tamsir Touré jouait avec le groupe de rap Banlieuz'Art, populaire en Guinée, qui a pris ses distances lorsque l'affaire a éclaté, assurant ne plus travailler avec Tamsir Touré depuis déjà un certain temps.

Deux autres hommes ont été inculpés de complicité de viol en novembre, le premier pour l'avoir aidé à fuir et le second pour lui avoir prêté l'hébergement où l'agression sexuelle a été commise, en juillet 2015, selon la police.

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Épidémie de viol en Guinée !

Published

on

Votre publicité ici

«  En tant qu’époux, frère et père, j’ai peur ! » Voilà ce que ressent en ce moment la plupart des hommes (que dire des femmes ?) en Guinée, où le phénomène de viol est devenu si fréquent qu’il n’est point exagéré de parler d’une épidémie devenue inquiétante.  Inquiétante d’autant plus que ça se passe désormais même dans des cliniques clandestines où des médecins clandestins n’hésitent plus à droguer leurs patientes avant de passer à l’acte. Pire ça touche des fillettes de moins de cinq ans.

Alors que l’émoi de la mort la semaine dernière de  M’mah Sylla, victime de viol par des médecins clandestins n’a pas retombé, une fillette d’à peine 3 ans a été retrouvée morte, victime d’un viol collectif hier vendredi, à Labé.

Jeudi dernier, une autre jeune dame d’une vingtaine d’années, sous anesthésie et presque inconsciente,  s’est fait violer à l’hôpital Anaim de Kamsar. Le viol aurait été commis par un jeune travailleur d’une société de sous-traitance de l’hôpital.

Au même moment, une jeune fille se faisait violer au quartier Météo situé dans la commune urbaine Kankan, alors qu’elle partait chercher de l’eau dans un endroit isolé.

Face à cette épidémie de viol que faut-t-il faire ? Castrer les violeurs ?

Par Mariam Bâ

Continue Reading

A LA UNE

Massacre du 28 septembre : la CPI met la pression sur la Guinée

Published

on

Votre publicité ici

Alors que le premier ministre Mohamed Beavogui affiche sa volonté de tenir le procès sur le massacre du 28 septembre, une mission de la Cour pénale internationale séjourne en Guinée. Objectif, mettre la pression sur les nouvelles autorités pour que justice soit rendue au plus vite sur ce dossier.

Conduite par le chef de la coopération internationale du bureau du procureur, Bâ Amady,  la mission qui a rencontré ce 25 novembre 2021, la ministre guinéenne de la justice, souhaite que le procès soit tenu au plus tard en mars 2022.

« Ce que nous avons entendu aujourd'hui de Madame la ministre nous rassure », s’est-t-il félicité. « Elle a déjà invité le comité de pilotage à se rencontrer la semaine prochaine. Elle est en train d'identifier les aspects opérationnels qui ont empêché l'audience de se tenir, et devant mes collègues, elle vient de nous rassurer sur la levée de ces obstacles opérationnels pour que le procès se tienne dans le plus bref délai, dans les trois mois au maximum à venir, au plus tard avant fin mars », explique l’émissaire de Karim Khan, soulignant que le dossier du massacre du 28 septembre 2009 est une priorité pour la CPI. Massacre qui avait fait plus de 150 morts et une dizaine de femmes violées au stade du 28 septembre, par les forces de sécurité.

« Je rendrai à monsieur le procureur Karim Khan de ce que j'ai entendu. La Guinée est une priorité pour lui, il veut ici véritablement la mise en œuvre d'une complémentarité effective. Espérant que la Guinée va montrer à la face du monde, à l'Afrique, qu'elle est capable elle-même de juger ce dossier », dit-il.

Cependant, « ce que Karim lui-même dit aussi est très clair », ajoute-t-il, expliquant que c’est soit les autorités guinéennes organisent le procès, ou la CPI le fait à leur place.

La Cour pénale internationale (CPI) avait ouvert un examen préliminaire sur la situation en Guinée en octobre 2009.

L’enquête menée par des juges d’instruction guinéens avait été ouverte en février 2010. Plus de 13 suspects ont été inculpés – et 11 d’entre eux sont censés être renvoyés au procès. Parmi eux figurent l’ancien chef de la junte, Moussa Dadis Camara, actuellement en exil au Burkina Faso.

Certains suspects inculpés occupent toujours des postes d’influence, comme Moussa Tiegboro Camara, chargé de la lutte contre le trafic de stupéfiants et le crime organisé.

Cette semaine, le chef du gouvernement s’est rendu sur le chantier pour s’enquérir  de l’évolution des travaux de constructions du tribunal spécial devant abriter le procès, situé dans l’enceinte de la Cour d’appel de Conakry.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

Continue Reading

A LA UNE

Fonction publique : qui sont les fonctionnaires mis à la retraite ?

Published

on

Votre publicité ici

Les autorités de la transition ont opéré le premier coup de balai à la Fonction publique. 6 300 fonctionnaires de l’Etat iront à la retraite à partir du 01 janvier 2022.

Parmi eux figurent plusieurs hauts commis de l’Etat dont entre-autres :  Aïssatou Daff, directrice nationale de la fonction publique, Mamady Doumbouya, directeur géneral de l’INAMO (Institut national d’assurance-maladie obligatoire), Madikaba Camara, ancien ministre et Billy Nankouma Doumbouya, ancien ministre de la Fonction publique, Dr Mohamed Diané, ancien ministre de la Défense, Dr Mamadou Ballo, Lansana Komara, Dr Sakoba Keita, Directeur général de l’ANSS, Fodé Tass Sylla ou encore Aissatou Bella Diallo et Louis Auguste Leroy etc.

Ci-dessous la liste complète :RETRAITE_2021_VF1

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance