Accueil / A LA UNE / Grève des enseignants en Guinée : la négociation s’enlise

Grève des enseignants en Guinée : la négociation s’enlise

La négociation entre les syndicalistes à l’origine de la grève et le gouvernement patine. Si le premier jour du dialogue s’est soldé par une petite avancée, pour le second les deux camps se sont séparés sans entente aucune sur le payement de 40% des enseignants.

Le dialogue entre le gouvernement et le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) s’enlise. Alors que la première journée s’est soldée par une légère avancée, suite à la levée des sanctions contre Aboubacar Soumah, meneur de la grève, rien n’a bougé ce jeudi, deuxième round de la négociation. En cause, alors que le gouvernement s’estime incapable de payer intégralement les 40%, les grévistes restent intraitables sur le sujet.

« Il faut qu’on nous restitue les 40% qu’on nous a injustement retiré depuis 2007 », à déclaré Oumar Tounkara, le meneur de la négociation du côté du syndicat.

Pour lui c’est un vol, il faut qu’on nous restitue ce qui nous a été volé, c’est non négociable, a-t-il insisté, en prévenant qu’ils ne vont pas rester des eternels perdants dans les négociations avec le gouvernement.

Mercredi, après la première journée du dialogue , Tibou Camara, ministre conseil personnel du chef de l’Etat avait estimé que malgré toute la « bonne volonté, du gouvernement, il y a des limites et cette limite « réside dans les difficultés de trésorerie que l’Etat rencontre mais également dans les accords et les engagements que nous avons avec nos partenaires…, il y a ce que nous voulons et il y a ce que nous pouvons », avait-il déclaré.

Mais pour les grévistes le gouvernement manque plutôt de volonté, sinon l’économie guinéenne est actuellement en bonne santé, disent-ils.

En attendant un accord dans les prochaines rencontres, les élèves restent à la maison, puis que la grève continue !

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée