Accueil / A LA UNE / Grève des enseignants : déjà deux morts !

Grève des enseignants : déjà deux morts !

La grève générale illimitée, déclenchée ce lundi 12 février 2018, par une partie du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), dirigé par Aboubacar Soumah, commence à faire des victimes. Un conducteur de taxi-moto et un collégien viennent d’être tué à Hamdallaye et Bambéto, dans la commune de Ratoma.

Selon nos informations le premier a été pourchassé par des agents des forces de l’ordre qui finiront par le percuter mortellement, vers Hamdallaye-pharmacie, dans la mi-journée.

Non loin de là, à Bambéto, un jeune collégien a aussi été tué par balles.

Durant la journée, des tirs à balles réels ont été entendus dans plusieurs quartiers de la capitale Conakry, notamment à Cosa, Koloma, Bambeto et Hamdallaye, où les habitants sont restés terrer dans leurs maisons.

A Conakry et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays, les cours n’ont pas été dispensés faute d’enseignants. Des enseignants qui suivent à la lettre le mot d’ordre de grève du « camarade » Soumah.

Il faut rappeler que les grévistes réclament huit millions comme salaire de base pour tous les enseignants,  la levée de la suspension de salaire d’Aboubacar Soumah et le payement intégral de 40%  avec effet rétroactif de la valeur monétaire du point d’indice à 1030.

Mais le gouvernement qui ne reconnait pas ce mouvement syndical, n’entend pas négocier avec les grévistes.

En novembre dernier, deux collégiens et un étudiant ivoirien avaient été tués par balles lors d’une autre grève de ce même mouvement syndical.

Par Alpha Abdoulaye Diallo

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.