Accueil / International / Financement libyen de la campagne 2007. Nicolas Sarkozy en garde à vue

Financement libyen de la campagne 2007. Nicolas Sarkozy en garde à vue

L’ancien président de la République était entendu, ce mardi 20 mars, dans les locaux de la police judiciaire à Nanterre sur les soupçons de financement illégal concernant sa campagne présidentielle en 2007. Dans le même temps, son ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux était, lui, entendu en audition libre dans le cadre de cette enquête.

Selon Mediapart et Le Monde, Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue ce mardi matin dans le cadre de l’enquête sur le financement libyen de la campagne de 2007. Il est entendu dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre, près de Paris. L’information a été confirmée par une source judiciaire auprès de l’agence Reuters et de l’agence AFP.

C’est « la première fois que Nicolas Sarkozy est entendu à ce sujet depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013 », ajoute Le Monde.

Cette enquête a été confiée à plusieurs juges d’instruction du pôle financier de Paris, dont Serge Tournaire, qui a déjà renvoyé l’ancien président devant le tribunal dans l’affaire Bygmalion.

La garde à vue peut durer 48 heures

Sa garde à vue peut durer 48 heures. Il pourrait être présenté aux magistrats à l’issue de sa garde à vue afin d’être mis en examen.

Les magistrats étudient la piste d’un possible financement de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, il y a plus de dix ans, par la Libye de Mouammar Kadhafi. L’enquête porte sur des chefs de corruption active et passive, trafic d’influence, faux et usage de faux, abus de biens sociaux et blanchiment, complicité et recel de ces infractions.

L’ex-président français, qui a quitté le pouvoir en mai 2012, a toujours formellement démenti les faits allégués notamment par un autre homme de réseaux, le franco-libanais Ziad Takieddine.

Mais, selon les informations du Monde, plusieurs anciens dignitaires libyens de l’époque kadhafiste auraient livré de nouveaux éléments confirmant les soupçons de financement illicites.

Hortefeux également entendu

Son ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux était également entendu à Nanterre ce mardi matin. Mais en audition libre, a-t-on appris d’une source proche du dossier.

Dans la même affaire, l’homme d’affaires français Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, avait été interpellé début janvier à Londres, avant d’être libéré sous caution.

Source : ouest France.fr

About Guinee28.info

Les Nouvelles de Guinée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.