Connect with us

Afrique

Burundi : manifestation contre la France et l’ONU

Published

on

Votre publicité ici

Le gouvernement du Burundi a organisé samedi une manifestation devant l'ambassade de France à Bujumbura, pour manifester son hostilité à la résolution de l'ONU adoptée vendredi à l'initiative de la France et prévoyant le déploiement de 228 policiers dans le pays.

Les autorités burundaises n’ont pas réagi officiellement à l’adoption de cette résolution. Mais elles ont montré, en mobilisant près d’un millier de leurs partisans dans les rues de la capitale, qu’elles n’entendaient pas s’y soumettre facilement.

Clairement « organisée par le pouvoir », selon une source diplomatique occidentale à Bujumbura interrogée par l’AFP, cette manifestation est partie de la place de l’indépendance en plein centre-ville de la capitale, pour se diriger vers l’ambassade de France.

Le maire de Bujumbura, Freddy Mbonimpa, et de nombreux hauts cadres du parti au pouvoir (Cndd-FDD), de l’administration et des députés figuraient au premier rang des manifestants.

Encadrés par de nombreux policiers, ceux-ci ont organisé un sit-in de plusieurs minutes devant l’ambassade, en lançant des slogans hostiles à la France et au déploiement de la future force de police prévue par la résolution de l’ONU.

« Le peuple burundais dit non à la résolution 2303 de l’ONU », proclamait l’une des pancartes brandies par les manifestants, selon des photos publiées par les médias burundais.

« La France a besoin de Casques bleus pour sa sécurité. Plus de 100 personnes tuées à Nice », pouvait-on lire sur une autre pancarte, en référence à l’attentat de Nice qui a fait 84 morts le 14 juillet.

« La France veut envoyer des hommes armés au Burundi pour commettre un génocide comme au Rwanda en 1994 », accusait une troisième.

La manifestation s’est toutefois déroulée dans le calme. « C’était très bon enfant, il n’y a eu aucun problème », a expliqué l’ambassadeur de France, Gerrit van Rossum, interrogé par l’AFP au téléphone depuis Nairobi.

« Il y a une incompréhension profonde sur le rôle de la France au Conseil de sécurité. Mais ça n’a aucun lien avec les relations bilatérales. Et puis cette résolution est bonne pour le Burundi », a ajouté l’ambassadeur, qui est descendu dans la rue pour parler aux manifestants et tenter de faire passer ce message.

‘Ils vont tout faire pour refuser’

Les manifestants ont également défilé devant l’ambassade du Rwanda – pays que Bujumbura accuse d’entraîner des rebelles burundais – pour lui témoigner leur hostilité.

Le Conseil de sécurité a voté vendredi une résolution proposée par la France et prévoyant le déploiement progressif de 228 policiers de l’ONU au Burundi, pour tenter d’y ramener le calme et de faire respecter les droits de l’Homme.

Ce petit pays d’Afrique des Grands lacs est plongé dans une grave crise émaillée de violences, qui ont fait plus 500 morts, depuis que le président Pierre Nkurunziza a annoncé en avril 2015 sa candidature pour un troisième mandat, avant d’être réélu en juillet.

Les policiers de l’ONU seront envoyés à Bujumbura et dans tout le Burundi « pour une période initiale d’un an ». Et leur mandat pourra être prolongé ou modifié si la situation empire.

Ce texte demande au gouvernement burundais de « coopérer pleinement » avec la force de police onusienne. Il risque toutefois de se heurter à son refus, celui-ci n’ayant pour l’instant accepté d’accueillir que 50 policiers.

« Ils vont tout faire pour refuser, pour que la résolution ne soit pas suivie d’effets », prévient la même source diplomatique. « Il suffit de regarder les observateurs de l’Union africaine: ils devaient être 200, ils sont 30 ou 40. »

Le gouvernement burundais a accepté en principe le déploiement de 100 observateurs et 100 experts militaires envoyés par l’Union africaine, mais seuls 32 observateurs et 14 experts sont effectivement sur le terrain.

Bujumbura peut compter sur le soutien de certains membres du Conseil de sécurité. Lors des négociations autour de cette résolution, la Chine, la Russie, l’Angola, l’Egypte, et le Venezuela ont insisté sur la nécessité d’obtenir au préalable un accord du pouvoir burundais.

L’envoi de ces 228 policiers aurait pourtant le mérité de « rassurer » les Burundais, estime la source diplomatique interrogée par l’AFP, qui décrit une situation caractérisée par « l’intimidation, la peur, la répression » et évoque une « population tétanisée ».

AFP

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Burkina Faso : l’internet coupé depuis plusieurs jours

Published

on

Votre publicité ici

Depuis le 20 novembre 21, l’internet mobile est coupé au Burkina Faso. Cette coupure est loin d’être terminée, puisque les autorités du pays ont décidé de prolonger cette suspension de la connexion de quatre jours.

En vertu de la loi relative « à la qualité et sécurité des réseaux […] et respect des obligations de défense nationale, […] le gouvernement décide de prolonger la suspension de l’Internet mobile », ont annoncé les autorités ce mercredi dans un communiqué.

Toutefois, même si l’internet fixe, quant à lui, n’est pas touché, la coupure de la connexion irrite l’opposition et la société civile au Burkina.

Déjà cette semaine, sur sa page Facebook le Balai citoyen a dénoncé le pouvoir burkinabè comme « un prédateur des libertés individuelles et collectives ». Dans un communiqué, les organisations professionnelles des médias parlent « d’une violation flagrante du droit du public à l’information ».

Cette coupure d’internet intervient alors que les négociations sont toujours en cours pour laisser passer un convoi militaire français bloqué sur la route entre Kaya et Ouagadougou depuis plusieurs jours. Ce mercredi, le ministre des Affaires étrangères Alpha Barry a demandé aux populations de rester calmes.

Le porte-parole de l’état-major français, le colonel Pascal Ianni, a quant à lui déploré « un effet de loupe qui exacerbe le sentiment anti-français », alors que « les réseaux sociaux jouent un rôle important dans la mobilisation de certains manifestants ».

Avec RFI

Continue Reading

A LA UNE

L’Afrique de l’Ouest et du Centre comptent le plus grand nombre d’enfants soldats au monde

Published

on

Votre publicité ici

Depuis 2005, date à laquelle un mécanisme des Nations unies pour surveiller et communiquer sur six violations graves contre les enfants a été mis en place, l'Afrique de l'Ouest et du Centre sont les deux régions du monde avec le plus grand nombre d'enfants vérifiés comme étant recrutés et utilisés par les forces armées et les groupes armés non-étatiques et le plus grand nombre d'enfants reconnus comme victimes de violences sexuelles, révèle l’ UNICEF.

La Zone a également le deuxième plus grand nombre d'enlèvements, souligne l’organisation dans une  nouvelle publication,  appelant les partenaires à soutenir et à intensifier la documentation des violations graves contre les enfants, ainsi que la prévention et la réponse à ces violences.

Depuis 2016, l'Afrique de l'Ouest et du Centre a enregistré plus de 21 000 enfants vérifiés par les Nations unies comme recrutés et utilisés par les forces armées et les groupes armés non-étatiques, et plus de 2 200 enfants victimes de violences sexuelles. Plus de 3 500 enfants ont été enlevés et plus de 1 500 attaques contre des écoles et des hôpitaux ont été enregistrées.

Depuis 2005, une violation grave sur quatre vérifiées par les Nations unies dans le monde a été commise en Afrique de l'Ouest et du Centre. Au cours de la seule année dernière, plus de 6 400 enfants (dont 32 % de filles) ont été victimes d'une ou plusieurs violations graves dans la région.

« Que les enfants d'Afrique de l'Ouest et du Centre soient des cibles directes ou des victimes collatérales, ils sont piégés dans les zones de conflits, confrontés à la violence et à l'insécurité. Les violations graves de leurs droits perpétrées par les parties aux conflits sont inacceptables. Elles ont un impact négatif sur leur capacité à apprendre, à travailler, à nouer des relations personnelles et à contribuer au développement de leurs communautés et de leurs pays », a déclaré Marie-Pierre Poirier, directrice régionale d'UNICEF pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. « UNICEF appelle toutes les parties aux conflits dans la région à prévenir et à mettre fin aux violations graves contre les enfants et à veiller à ce que tous les auteurs soient tenus pour responsables. »

Des crises humanitaires majeures continuent de se dérouler en Afrique de l'Ouest et du Centre. La situation au Cameroun, en République centrafricaine et en République démocratique du Congo, et les urgences multipays, y compris les crises dans le Central Sahel et la région du Bassin du Lac Tchad, ont des conséquences dévastatrices sur les enfants et les communautés.

Avec la recrudescence des conflits armés et la pandémie de COVID-19, 57,5 millions d'enfants en Afrique de l'Ouest et du Centre ont besoin d'une aide humanitaire, un chiffre qui a presque doublé depuis 2020.

Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

La démocratie recule-t-elle en Afrique ?

Published

on

Votre publicité ici

Où en est la démocratie sur le continent africain ? L'Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) basé à Stockholm donne des réponses dans son rapport sur l’état de la démocratie dans le monde publié ce 22 novembre. Et les conclusions de l'étude ne sont pas bonnes. L’Afrique voit pour la première fois en dix ans une augmentation du nombre de régimes autoritaires.

"Le monde devient plus autoritaire" c'est le dur constat du rapport de l'IDEA. Les experts de ce laboratoire d’idées? L'institut créé en 1995 et qui rassemble 31 pays, estime que le nombre de pays dont le régime devient autoritaire est trois fois supérieur au nombre de pays qui tendent vers la démocratie.

Un net recul de la démocratie

Les démocraties reculent. Les régimes hybrides ( régimes qui combinent pratiques autoritaires du pouvoir et élections démocratiques) et les régimes autoritaires progressent.  Cette tendance politique touche "70% de la population mondiale". Kevin Casas-Zamora, dirigeant d’IDEA joint par l'AFP ne cache pas son pessimisme, "cela en dit long sur le fait qu'il se passe quelque chose de grave sur la qualité démocratique".

Pour 2021, le pointage provisoire de l'IDEA recense 98 démocraties - un nombre au plus bas depuis plusieurs années - 20 régimes "hybrides" dont la Russie, le Maroc ou encore la Turquie et 47 régimes autoritaires, parmi lesquels la Chine, l'Arabie Saoudite, l'Éthiopie ou encore l'Iran.

Qu’en est-il en Afrique ?

Les experts constatent une forte prédominance de régimes "autoritaires" avec l’exception de la Tunisie considéré comme une démocratie "intermédiaire". Ils constatent dans leur rapport sur l'Afrique et le Moyent Orient que le nombre de démocraties est passé de 22 à 18 entre 2015 et 2020.

En particulier, le Bénin et la Côte d’Ivoire ont perdu leur statut de démocratie. Et le Mali bascule de régime hybride à régime autoritaire.

La Zambie, désormais classée pays démocratique, est le seul pays à avoir changé positivement de catégorie cette année.

Des critères clés pour définir un État démocratique

Les experts de l’IDEA s’appuient sur un certain nombre de critères pour évaluer l’état démocratique d’un pays, notamment la tenue régulière de scrutins électoraux.

Élections libres

Ils constatent qu’au cours de l’année 2020 des élections nationales et régionales ont pu se tenir régulièrement et restent le mode normal de transfert de pouvoir dans de nombreux pays.

Ainsi en mars 2021 l’Afrique du Sud et la Tunisie ont reporté leurs scrutins.

En mai ce fut au tour du Gabon, de la Gambie, du Kenya, de la Libye, de l’Ouganda et du Zimbabwe.

En août ce fut au tour de l’Éthiopie, en septembre du Nigeria, en octobre du Liberia, en novembre du Niger et de la Somalie, en décembre du Tchad.

En février 2021 c’est la Somalie qui a suspendu son processus électoral.

Si le Mali a tenu des élections en mai 2020, un coup d'État en août a modifié la situation et la junte militaire a instauré un gouvernement de transition en septembre 2020. La CEDEAO et la communauté internationale font pression sur le gouvernement pour que des élections générales aient lieu en février 2022. Le Premier ministre Choguel Maïga a parlé d'un report de ces élections générales.

Légitimité du gouvernement

Seuls quatre pays recueillent des scores honorables dans la catégorie représentativité du gouvernement : le Cap Vert, le Ghana, le Sénégal et l’Afrique du Sud.

Entre 2015 et 2020, 13 pays africains ont modifié ou éliminé des articles de leur constitution afin d’étendre la durée des mandats présidentiels.

Des transitions obtenues par des coups d’État militaires ont eu lieu en Algérie, en Égypte, au Soudan et au Zimbabwe en 2020 et au Mali et au Tchad en 2021.

Liberté d’expression

Dans un effort de contenir la désinformation au sujet de la pandémie, nombres de  gouvernements ont réduit fortement la liberté d’expression souligne le rapport des experts.

29 pays ont adopté des lois qui ont restreint la liberté d’expression sur internet.

Entre 2020 et 2021 l’accès à internet a été supprimé dans le cadre d’élections au Burundi, en Guinée, en Tanzanie, au Togo et Ouganda.

L’Éthiopie détient le record des fermetures d’internet sur le continent. Le Nigeria a interdit Twitter en 2021. La Zambie a fermé tous les réseaux sociaux pendant l'élection présidentielle d'août 2020.

Recours à la force

Onze gouvernement, l’Angola, l’Éthiopie, le Ghana, le Liberia, la Libye, la Mauritanie, le Nigeria, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, le Soudan et la Tunisie ont eu recours à l’armée pour faire respecter les mesures sanitaires. Les experts ont répertorié "un recours excessif à la force" dans 21 pays.

Respect des droits fondamentaux

Depuis 1994, le continent sur ces trois décennies a connu un formidable développement démocratique, soulignent les experts de l’IDEA. Les libertés des citoyens comme comme la liberté d’expression ou la celle d’association et de réunion, ont connu des avancées. Cependant, depuis quelques années ils remarquent un recul de ces libertés notamment au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Tanzanie et en Zambie.

Accroissement des violences politiques et du terrorisme

D’autres facteurs entrent en compte pour quantifier l’état de la démocratie dans un pays, notamment l’insécurité. Sur ce point certaines régions sont plus éprouvées que d'autres.

Les régions sahéliennes, d’Afrique de l’Est et d’Afrique du Nord ont été les plus touchées par les activités djihadistes. En Afrique centrale, les conflits au Cameroun et dans les régions orientales de la République démocratique du Congo ont provoqué de vastes mouvements migratoires.

Mais pour conclure, ils soulignent la part importante que prennent les organisations de jeunes et de la société civile dans le développement démocratique notamment dans les mobilisations en Afrique du Sud, en Algérie, au Mali, au Nigeria, en Tunisie et au Soudan.

Par TV5monde

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance