Connect with us

A LA UNE

Banditisme : attention, ça n’arrive pas qu’aux autres !

Published

on

Votre publicité ici

Avec tous les filous, gabelous et pandores qui émargent au budget national financé par le contribuable, l’Etat est incapable de libérer un otage après n’avoir également pu empêcher son enlèvement. L’homme d’affaire et patriarche de 80 ans, Elhadj Abdourahmane connu sous le sobriquet de « Doura Bindy est en effet, dans les mains des bandits depuis bientôt deux(2) mois.

L’opinion publique ne doit pas oublier ou négliger son cas. Ce qui lui est arrivé, était déjà arrivé à d’autres victimes sans que l’Etat et ses services de sécurité ne prennent les dispositions nécessaires pour éradiquer cette nouvelle forme récente de criminalité à Conakry. Si les guinéens continuent dans leur fâcheuse habitude (ça ne doit arriver qu’aux autres); c’est tous les Conakryka qui vont être bientôt des otages dans leur propre ville avec impossibilité de se mouvoir ou de dormir avec le cœur tranquille. Certains diront qu’on y est déjà. On doit impérativement, exiger au gouvernement de tout mettre en œuvre pour libérer cet otage dont la vie est aujourd’hui menacée. Sa famille dans la peur et l’angoisse, s’impatiente, désespère et ne sait plus sur qui ou quelle autorité compter.[rsnippet id="1" name="pub google"]

La récente visite du Président à la famille de l’otage au-delà de la communication politique qu’il y avait derrière, devrait être l’occasion pour le Président de décliner concrètement à la famille les dispositions que son gouvernement a mis en place pour faciliter la libération rapide de leur parent. Au lieu de cela, il s’est mis dans un discours sans véritable consistance pour essayer de donner l’impression que le gouvernement et les services de sécurité sont mobilisés pour mettre fin à ce nouveau phénomène de banditisme dans la capitale guinéenne. Le premier devoir d’un État responsable est d’assurer la sécurité et la protection de ses citoyens.

Sow Boubacar; Fribourg (CH).

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

A LA UNE

Mali : L’Union africaine soutient les sanctions de la Cédéao

Published

on

Votre publicité ici

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine s’est réuni il y a tout juste une semaine, mais ses conclusions n’ont été communiquées que ce vendredi 21 janvier Lors de cette séance entièrement consacrée au Mali, le Conseil a endossé les positions de la Cédéao. L’Union africaine soutient donc les sanctions et appelle surtout les autorités maliennes à une prolongation courte de seize mois maximum.

« Un allongement indu du processus de transition au Mali. » Pour l’Union africaine, le calendrier proposé par les autorités maliennes - une prolongation de cinq, puis de quatre ans, de la période de transition - est considéré comme « inconstitutionnel, inadmissible, inapproprié et constitue une grave obstruction au processus démocratique dans le pays. » La condamnation ne saurait être plus ferme.

L’Union africaine plaide pour un retour « rapide » à l'ordre constitutionnel et démocratique « dirigé par des civils » et soutient pour cela la proposition de médiation formulée par l’Algérie. Le délai proposé par Alger, seize mois de transition supplémentaires au maximum avant l’organisation des élections présidentielle et législatives, est jugé « approprié et réalisable. »

Une prise de position qui, après la proposition des autorités maliennes de transition, donne la mesure des ambitions de chacun. La Cédéao ne s’est quant à elle jamais prononcée officiellement sur le délai qu’elle jugerait « acceptable. »

Alors que les autorités de transition se réjouissent de leurs récents succès militaires, l’Union africaine déplore « la détérioration de la situation sécuritaire » et « l'absence d'autorité de l'État dans le centre du Mali ».

L’UA condamne enfin « la poursuite de l'emprisonnement » de personnalités politiques et d'anciens dirigeants maliens « par les autorités de transition », qu’elle qualifie d’« illégale », et exige leur libération.

Un paragraphe qui fait allusion, sans les citer, à l’ancien Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga, à l’ancienne ministre de l’Économie Mme Bouaré Fily Sissoko, à l’ancien secrétaire général de la présidence Kalilou Doumbia ainsi qu’à d’autres collaborateurs du premier président de la transition Bah N’Daw - qui n’est plus, quant à lui, en résidence surveillée.

RFI

Continue Reading

A LA UNE

Air Guinée, BCRG, FER, démantèlement des rails : la junte engage des poursuites judiciaires…

Published

on

Votre publicité ici

Le procureur général près la Cour d’appel de Conakry, Alphonse Charles Wright, a instruit vendredi 21 janvier 2022, le procureur spécial près la CRIEF et les procureurs d’instance, à engager des poursuites judiciaires contre les auteurs présumés de plusieurs dossiers, dont certains remontent au temps du feu Général Lansana Conté.  

Ils sont soupçonnées de faits de détournements de deniers publics, faux et usage de faux en écriture publique, recel, vol aggravé, enrichissement illicite, corruption, abus d’autorité, blanchiment d’argent et complicité.

Les dossiers concernés sont entre autres de la vente d’Air Guinée, des malversations financières à la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) et au Fonds d’entretien routier (FER),  du démantèlement et de la vente des rails du chemin de fer Conakry-Kankan, de la gestion du fonds Koweïtens etc.

Lisez :

Continue Reading

A LA UNE

Guinée : le président de la transition ordonne l’arrêt de l’octroi de nouveaux permis miniers

Published

on

Votre publicité ici

Le président de la transition, le colonel Mamady Doumbouya, a exigé l’arrêt de l’octroi de nouveaux permis miniers en Guinée. Ceci jusqu’à la restructuration de la Commission minière en charge de les délivrer, souligne-t-on dans le compte rendu du conseil des ministres de ce jeudi 20 janvier.

« Le Président de la Transition a exigé l’arrêt de l’octroi de nouveaux permis miniers en attendant la restructuration de la Commission minière en charge de les délivrer. Même instruction concernant la délivrance de licences de pêche soumise à un moratoire qui sera maintenu. »

Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance