Connect with us

Société & Faits Divers

Arrestations massives à Koundara : Amnesty International dénonce le pouvoir d’Alpha Condé

Published

on

Votre publicité ici

Les autorités guinéennes doivent libérer des responsables et  militants de l’opposition n’ayant pas eu recours à la violence, et respecter le droit à la liberté d’expression dans la campagne électorale en cours, a déclaré Amnesty International jeudi 24 septembre 2015.

A la suite de violents affrontements le 19 septembre dernier, entre des manifestants rivaux dans la ville de Koundara au nord du pays, des activistes et responsables politiques ont été raflés par les forces de sécurité alors que plusieurs d’entre eux n’ont pas eu recours à la violence et ont tenté de calmer la situation.  Le même jour, le syndicaliste et militaire à la retraite Jean Dougo Guilavogui ayant publiquement déclaré son opposition au parti au pouvoir, a également été arrêté à son domicile à Conakry. Il est en détention sans avoir été inculpé.

« L’arrestation d’une personne pour avoir exprimé son opinion en période électorale constitue une violation intolérable du droit à la liberté d’expression. A l’approche des élections, les autorités guinéennes doivent mettre en place les conditions permettant aux citoyens d’exercer leur droit à la liberté d’expression sans crainte de représailles,» a déclaré Francois Patuel,  chercheur sur l’Afrique de l’Ouest chez Amnesty International.

En Guinée, la loi  prévoit que la détention préventive ne peut excéder 48 heures, sans l’autorisation d’un procureur ou d’un juge d’instruction. Ce qui n’est pas le cas pour Jean Dougo Guilavogui qui est atteint de troubles cardiaques et n’a pas accès à un traitement médical adéquat. Lors de son interrogatoire en présence de son avocat, les officiers de gendarmerie lui ont reproché son engagement, ses prises de positions politiques en public et ses revendications syndicales.

Amnesty International considère Jean Dougo Guilavogui, comme un prisonnier de conscience et demande sa libération immédiate et inconditionnelle.

Au cours des affrontements entre militants de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG, opposition) et partisans du Rassemblement pour le peuple de Guinée (RPG, pouvoir), deux maisons ont été mises à sac avant d’être brûlées et plusieurs personnes blessées, y compris un enfant de 15 ans ayant reçu une pierre dans l’œil. Selon des témoignages recueillis par  Amnesty International plusieurs responsables de l’opposition arrêtés n’auraient pas pris part à ces violences et auraient appelé le reste des militants au calme.

Ces membres de l’opposition ont été inculpés pour incendie volontaire, destruction d’édifices publics et coups et blessures volontaires, et sont détenus à la prison centrale de Boké située à 250 Km de leur lieu d’arrestation, loin de leurs familles, et sans accès à des avocats. Certains d’entre eux, souffrant de maladie, n’ont également pas  accès aux traitements médicaux dont ils ont besoin.

« Une enquête impartiale doit être ouverte pour faire la lumière sur tous les actes de violence notés à Koundara, les responsables identifiés et traduits en justice. Les autorités doivent aussi veiller à ce que ceux qui sont arrêtés alors qu’ils n’avaient rien à voir avec les actes de violence soient immédiatement libérés», a déclaré François Patuel.

«   Les autorités doivent garantir les droits humains de tous, indépendamment de leurs opinions politiques, et les protéger contre les arrestations arbitraires. De leur côté, les responsables de partis politiques et leurs militants doivent s’assurer que leurs réunions et manifestations restent pacifiques. »

Guinee28.info est un site d’informations générales et d’analyses sur la Guinée. Il couvre au quotidien l’actualité en toute indépendance et impartialité. Il offre aussi à ses lecteurs un débat d’idées, favorisant l’établissement d’une culture démocratique. Vous êtes annonceurs ? Vous voulez publier un article sponsorisé ? Nous contacter: alfaguinee28@gmail.com

Advertisement

A LA UNE

France : pas de naturalisation pour Mamoud, jeune Guinéen qui avait sauvé la vie d’une jeune femme

Published

on

Votre publicité ici

En 2019, Mamoud Diallo était fêté en héros dans le Vercors après avoir sauvé la vie d'une jeune cuisinière violemment agressée par un forcené. Grâce à cet acte de bravoure, il espérait être naturalisé, mais sa demande a été refusée par la préfecture de l'Isère (Grenoble), rapporte le site francetvinfo.

Depuis la rentrée, Mamoud Diallo est en formation en alternance pour une entreprise du bâtiment qui lui assure un petit salaire. Ce jeune Guinéen s'était illustré malgré lui en 2019 en sauvant une jeune cuisinière d'une mort certaine. Prenant son courage à deux mains il était intervenu alors qu'un forcené agressait violemment la jeune femme avec une arme tranchante.

Pour cet acte de bravoure, il avait reçu la médaille de la ville d'Autrans et espérait depuis un coup de pouce pour sa naturalisation. Mais voilà, la préfecture de l'Isère est pointilleuse et n'a pas accédé à sa demande. Elle lui a été refusée pour deux motifs. Mamoud Diallo aurait séjourné illégalement en France, il était pourtant demandeur d'asile 15 jours après son arrivée dans le pays. Son acte de naissance serait également non conforme.

Face à cette décision préfectorale, Dominique Daumin son parrain s'interroge. Il existe selon lui des naturalisations obtenues après des actes de bravoure, ce qui n'a pas été le cas pour Mamoud. Il cite volontiers la naturalisation d'un jeune Malien, Mamoudou Gassama, qui avait sauvé un enfant d'une chute d'un immeuble au péril de sa vie, en mai 2018 à Paris. Il cite aussi volontiers, la naturalisation de Lassana Bathhily, qui avait sauvé des otages des terroristes de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes en 2015.

Pourquoi l'acte de bravoure n'a pas été retenu ? Pour l'instant, le préfet n'a pas souhaité nous répondre. En attendant, la situation est critique pour Mamoud Diallo qui pourra refaire une demande dans 2 ans mais d'ici là, sa carte de séjour aura expiré. Son patron ne l'embauchera définitivement que s'il obtient sa naturalisation. "Si tu es étranger et que tu as rendu service en France, soupire-t-il, on te donne la nationalité française normalement, mais pas pour moi".

Source : france3-regions.francetvinfo.fr

Continue Reading

A LA UNE

Inédit : quand le « procureur du troisième mandat », Sidy Souleymane N’Diaye, fuit la presse !

Published

on

Votre publicité ici

Plus de deux semaines après la chute d’Alpha Condé, les concertations nationales se poursuivent encore entre les nouvelles autorités et les forces vives de la nation.

Ce mardi 21 septembre 2021, plusieurs magistrats, dont le procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn, ont été reçu par la junte, mais à la sortie de la rencontre, Sidy Souleymane N’Diaye a refusé de répondre aux questions des journalistes qui espéraient arracher sa réaction.

Le « procureur du troisième mandat », surnom qu’il a eu pour son "rôle joué" dans l’arrestation et l’emprisonnent des opposants au 3e mandat du président déchu,   a plutôt pris la tangente devant les caméras braquées sur lui au palais du peuple, provoquant une raillerie de l’assistance visiblement très médusée par la scène . (Image visionguinee)

Par Guinee28

Continue Reading

A LA UNE

Une collision entre deux trains fait au moins un mort à Conakry

Published

on

Votre publicité ici

Une collision entre deux trains minéraliers de la société Rusal CBK, a fait au moins un mort et plusieurs blessés.

Le drame s’est  produit dans la matinée de ce lundi 20 septembre 2021, à Wanindara dans la commune de Ratoma.

Selon nos confrères de guineematin, les deux trains étaient chargés de bauxite, en direction du port autonome de Conakry.  Le premier serait tombé en panne et est resté immobilisé sur les rails. C’est là où le second  train est venu l’a heurté, explique la même source, qui souligne qu’en plus de la perte en vie humaine et des blessés, on dénombre d’importants dégâts matériels.

Par Guinee28

Continue Reading

Facebook

Advertisement
Advertisement

A PROPOS DE GUINEE28

Siège social : Lansanaya barrage commune de Matoto.

Télél : +224 624 24 93 98 – 656 92 41 62 – 666 39 29 09

Email : alfaguinee28@gmail.com

Tendance